Deutsche Bank dit n'avoir qu'un rôle secondaire dans le scandale Danske

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank n'a joué qu'un rôle secondaire dans le scandale de blanchiment lié à Danske Bank et n'avait pas besoin de tout connaître des personnes à l'origine des transactions suspectes, a déclaré mercredi la responsable des questions réglementaires au sein de l'établissement allemand.
Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Deutsche Bank dit n'avoir qu'un rôle secondaire dans le scandale Danske
Deutsche Bank n'a joué qu'un rôle secondaire dans le scandale de blanchiment lié à Danske Bank et n'avait pas besoin de tout connaître des personnes à l'origine des transactions suspectes, a déclaré mercredi la responsable des questions réglementaires au sein de l'établissement allemand. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Danske Bank, première banque du Danemark, est soupçonnée de blanchiment d'argent via sa filiale en Estonie. En tant que correspondant bancaire, Deutsche Bank a aidé au traitement de 150 milliards de dollars (131,5 milliards d'euros) d'opérations suspectes, a dit une source ayant une connaissance directe du dossier.

La banque allemande a pris des mesures dès qu'elle a repéré des transactions suspectes, a déclaré Sylvie Matherat, interrogée sur le sujet au cours d'une conférence.

Deutsche Bank a mis fin à ses relations avec Danske après huit ans de collaboration, a-t-elle ajouté, en refusant de préciser le volume de transactions traitées par l'établissement allemand pour la banque danoise.

La BaFin, autorité de surveillance des marchés financiers en Allemagne, réfléchit à l'ouverture d'une enquête officielle sur le rôle de Deutsche Bank dans ce dossier.

Devant les députés européens, le lanceur d'alerte à l'origine de la révélation de ce scandale a dénoncé mercredi les "partenariats à responsabilité limitée" (LLP), des structures juridiques en Grande-Bretagne ayant permis de dissimuler l'identité des bénéficiaires des transactions.

"Le rôle du Royaume-Uni est une honte absolue. Les partenariats à responsabilité limitée (...) ont été pervertis depuis d'innombrables années", a dit Howard Wilkinson, lui-même britannique et ancien responsable des activités de trading de Danske Bank dans la région baltique entre 2007 et 2014.

(Andreas Framke, avec Jacob Gronholt-Pedersen à Bruxelles; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS