Deutsche Bank commence à supprimer des postes, le marché s'inquiète

par Tom Sims, Paulina Duran et Sumeet Chatterjee
Deutsche Bank commence à supprimer des postes, le marché s'inquiète
Deutsche Bank va renoncer à son activité sur les marchés actions et réduire ses opérations dans la banque d'investissement dans le cadre d'une vaste réorganisation d'un montant total de 7,4 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

FRANCFORT/SYDNEY/HONG KONG (Reuters) - Deutsche Bank a commencé lundi à supprimer des postes à travers le monde dans le cadre de sa vaste restructuration annoncée la veille mais l'ampleur de ce plan, qui devrait se traduire par une nouvelle perte annuelle pour la première banque d'Allemagne, inquiète les investisseurs qui font chuter le titre de 7% à la Bourse de Francfort.

Le groupe bancaire a annoncé dimanche qu'il allait supprimer 18.000 emplois, renoncer à son activité sur les marchés actions et réduire ses opérations dans la banque d'investissement et sur le marché obligataire. Cette restructuration lui coûtera 7,4 milliards d'euros.

Deutsche, qui emploie près de 91.500 personnes dans le monde, a immédiatement commencé à licencier des équipes entières en Asie et annoncé le départ de Jason Cox, le patron de sa division marchés actions en Asie-Pacifique. De Sydney à Londres, des employés interrogés à la sortie des bureaux de Deutsche Bank disaient aussi avoir été informés de leur prochain licenciement.

L'action Deutsche Bank, après avoir pris jusqu'à 3,7% en matinée, s'est retournée à la baisse et chutait de 7% en milieu d'après-midi, se dirigeant vers sa plus mauvaise séance depuis mars 2017.

Le directeur financier, James von Moltke, a déclaré que le groupe avait pour objectif de rentabiliser ses activités voire de réaliser un bénéfice en 2020 mais qu'il y avait "une incertitude importante dans ces prévisions", ce qui a jeté un froid.

Deutsche avait déjà fait savoir qu'elle prévoyait de subir une perte cette année en raison de son plan de restructuration.

Lors d'une présentation de cette réorganisation à des analystes, Christian Sewing, le président du directoire, s'est engagé lundi à investir un "montant substantiel" de sa rémunération fixe en actions Deutsche Bank.

Devant la presse, il a déclaré dans les locaux de la banque à Londres, où de nombreuses suppressions de postes sont attendues, qu'il s'agissait de "réinventer" Deutsche Bank, qui, en cas de perte en 2019, aura fini dans le rouge quatre de ses cinq derniers exercices.

"MANOEUVRE RISQUÉE"

RBC, JPMorgan et Berenberg estiment que ce plan de restructuration est "plus radical" que les précédents. Ils relèvent que le groupe abandonne ses activités de banque d'investissement pour se concentrer à nouveau sur la clientèle professionnelle tout en conservant une activité dans l'obligataire.

L'activité de banque d'investissement génère environ la moitié du chiffre d'affaires de Deutsche Bank mais ses revenus devraient tomber à 12,4 milliards d'euros cette année, selon un consensus d'analystes réalisé avant les annonces de dimanche, soit un recul de plus de 30% depuis 2015 et une quatrième année consécutive de baisse.

JPMorgan, neutre sur le titre, relève qu'il reste à voir l'exécution du plan, la croissance des revenus et la motivation des personnels après la restructuration.

Pour Berenberg, à "vendre" sur la valeur, cette stratégie comporte un risque d'exécution important et laisse peu de marge de manoeuvre en termes de fonds propres. Le groupe reste exposé à la dégradation du secteur de la banque d'investissement, ajoute-t-il.

Citi, à "vendre" sur le titre, estime que l'absence d'augmentation de capital pour financer le plan "pourrait s'avérer optimiste".

L'agence de notation Moody's a expliqué qu'elle maintenait sa perspective négative sur Deutsche Bank car le groupe est confronté à "d'importants défis" pour exécuter son plan rapidement.

"C'est une manoeuvre risquée mais, si elle réussit, elle aura le potentiel de remettre la banque sur la bonne voie", a commenté une source proche de l'un des 10 plus grands actionnaires de Deutsche Bank.

La banque n'a pas détaillé la ventilation géographique des suppressions de postes, dont la plupart sont cependant attendues en Europe et aux Etats-Unis.

Une porte-parole n'a pas voulu donner de détails mais a déclaré que la banque serait "aussi réceptive que possible pour mettre en oeuvre ces changements".

"Nous créons une banque qui sera plus rentable, amincie, plus innovante et plus résistante", a écrit Christian Sewing dans une lettre adressée dimanche aux personnels du groupe.

(Avec Zuzanna Szymanska, Catherine Mallebay-Vacqueur et Dominique Rodriguez pour le service français)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de certification pure reviewer agro-alimentaire (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDD - Puteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

59 - Lambersart

Externalisation de la paie des agents et des élus de la Commune et du CCAS de Lambersart

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS