Désinfection par voie aérienne : SolidFog conjugue technologie de pointe et services de qualité

Sur le marché très concurrentiel de la désinfection de surfaces par voie aérienne, la PME belge SolidFog tire son épingle du jeu grâce à la performance de ses équipements et la qualité de ses services. La société, qui compte déjà parmi ses clients GSK Vaccines, Sanofi Pasteur ou encore Zoetis, vient de remporter l'un des plus importants contrats de son histoire, avec l'équipement d'un nouveau bâtiment de production de vaccins en France.

Partager
Désinfection par voie aérienne : SolidFog conjugue technologie de pointe et services de qualité
Vue du Dosymist XL en cours de cycle de désinfection.

La désinfection de surfaces par voie aérienne (ou DSVA) est un savoir-faire que maîtrisent de nombreuses sociétés. Sur ce marché disputé, Solidfog tire son épingle du jeu. Cette PME belge basée à Ciney, qui emploie une quinzaine de personnes, a débuté ses activités en 2007. À l'époque, Yves Marée, ingénieur de formation, qui avait 20 ans d'expérience dans le secteur des buses et systèmes de pulvérisation, a décidé de fonder la société TechSpray. Centrée au départ sur le négoce de matériels, l'entreprise a très vite développé sa première génération de nébuliseurs d'H202 à froid pour la désinfection de surfaces, grâce à une sollicitation d'un grand groupe pharmaceutique spécialisé dans la production de vaccins. Appelés Solidfog, ces équipements ont eu tant de succès qu'ils ont contribué à rebaptiser la société, Solidfog Technologies, en 2015.

La désinfection de surfaces par voie aérienne est une opération qui élimine toutes sortes de micro-organismes (bactéries, champignons, virus, spores) présents dans un espace clos - une salle propre, un sas, un RABS, une gaine HVAC, une boîte à gants. Cette opération dite « terminale » intervient après le nettoyage des surfaces. Elle permet en outre d'accéder à des zones réputées inaccessibles : surfaces trop hautes, masquées... Par ailleurs, elle s'opère en l'absence de tout opérateur.

« C'est l'interdiction progressive de l'utilisation du formol, déclaré comme cancérigène, qui a permis un essor important de la Désinfection de Surfaces par Voie Aérienne à l'H202 », explique Gatien Gillard, responsable marketing et commercial de SolidFog. Il ajoute que deux grandes technologies de DSVA cohabitent. La technologie VHP (pour Vapour Hydrogen Peroxide) nécessite de travailler à chaud. Elle consiste à évaporer une solution d'H202 sur une plaque chauffante pour provoquer une évaporation flash et créer la vapeur. Mais ce n'est pas la voie retenue par SolidFog, qui a choisi de se consacrer à la nébulisation à froid.

Créer un brouillard d'H202 à froid

Le principe de cette seconde technologie consiste à mettre en présence de l'air comprimé avec une solution d'H202 puis à les pulvériser à travers une tête spéciale afin de générer des gouttelettes ultrafines, d'une taille médiane de 10 microns. Les gouttelettes se dispersent rapidement et se répartissent de manière homogène dans tout l'espace à décontaminer, passant instantanément en phase gazeuse jusqu'à un point de saturation. Ensuite, le biocide ainsi dispersé entre en contact avec les surfaces où se situent les micro-organismes. Il va alors se produire une micro-condensation. Les micro-organismes vont se trouver entourés d'un film liquide de concentration élevée de peroxyde d'hydrogène. C'est ce qui va produire l'effet sporicide permettant la décontamination.

Gatien Gillard ajoute que la nébulisation à froid présente l'avantage de pouvoir utiliser des solutions plus diluées, à 12 % d'H202, là où la technologie VHP utilise des solutions avec des concentrations de 30 à 35 % de peroxyde. « L'H202 a un pouvoir oxydant fort. Si l'industriel n'a pas choisi des matériaux nobles pour ses surfaces et ses équipements, il risque de rencontrer des phénomènes de corrosion. Aussi, plus on diminue la concentration d'H202 plus on se met à l'abri de ces phénomènes », illustre-t-il.

Pour répondre aux besoins de ses clients, SolidFog propose deux gammes de produits : les systèmes DosyMistCS (solution fixe) ainsi que les DosyMist et DosyMist XL (solutions mobiles). « Les clients peuvent opter pour des équipements fixes ou des équipements mobiles qu'ils déploient au moment de réaliser une opération de DSVA. Mais depuis 4 à 5 ans, nous observons une tendance à aller vers des solutions fixes intégrées dans les zones de production, avec un pilotage centralisé depuis l'extérieur de la zone », explique Gatien Gillard. Il ajoute : « Même pour les solutions à 100 % mobiles, on s'oriente aussi vers des pilotages centralisés à l'extérieur de la zone. »

La maintenance et l'étalonnage parmi les offres de service

Outre la fourniture de technologies, SolidFog mise sur le service. La société dispose d'une équipe de techniciens ayant une connaissance approfondie des procédures de maintenance et d'étalonnage des appareils dont ils assurent le suivi sur site. Avec chaque matériel, un dossier documentaire complet est livré pour la qualification, la FAT, la SAT, les QI et QO, les développements de cycles, la maintenance, l'étalonnage..., répondant aux normes usuelles de l'industrie pharmaceutique. « Nous avons installé 750 à 800 équipements dans le monde. On réalise le service après-vente pour 90% d'entre eux », estime Gatien Gillard.

La société investit également dans la sécurité/intégrité des données avec une architecture informatique de pointe, fournissant des sauvegardes internes et externes des données critiques. Et elle peut apporter l'assistance et le soutien d'experts lors de besoins en conseils ou d'études pré-projets.

Enfin, SolidFog est également en mesure de réaliser des opérations de décontaminations à façon grâce à un parc d'équipements qu'elle dédie à cette activité de service. « Notre équipe peut pratiquer dans de courts délais un travail de décontamination entièrement documenté avec des résultats appropriés », explique le responsable commercial.

Le secteur hospitalier en ligne de mire

Si SolidFog compte parmi ses clients historiques GSK Vaccines, Sanofi Pasteur ou encore Zoetis, l'ancienne activité vétérinaire de Pfizer qu'elle a accompagnée à travers le monde, elle vient de remporter l'un des plus importants contrats de son histoire. La société belge a été retenue pour équiper un nouveau bâtiment de production de vaccins en France, après avoir installé ses machines dans une usine chinoise, en 2016. « Il existe des acteurs de taille plus importante que nous sur le marché, notre réputation joue en notre faveur », estime Gatien Gillard. Nous continuons d'innover pour être en position avancée sur le plan technologique et en matière d'intégrité des données. Nous apportons un suivi de qualité, ce qui contribue à fidéliser nos clients. »

Pour les années à venir, Solidfog continuera à renforcer ses positions dans le secteur pharmaceutique, mais la société entrevoit désormais des opportunités dans le secteur hospitalier, qui commence à augmenter ses prérequis. Cela nécessitera cependant de la préparation ainsi que le temps d'innover pour être en mesure d'apporter au marché des gammes de produits adaptées.

DÉTAIL D'UN CYCLE DE DÉCONTAMINATION

Phase de conditionnement Arrêt du système HVAC ; pas d'exigence spécifique pour RH ou T°(dans les conditions habituelles de salle blanche). Le temps d'injection peut commencer sans pré-conditionnement ; ni chauffage ni déshumidification. Pas de sources de chaleur pour l'évaporation, pas de ventilateurs pour la dispersion. Pulvérisation directe d'une solution de 8 à 16 % de H2O2, généralement 12 %. La diffusion est définie par le volume de la pièce et le nombre de générateurs. Phase de contact Elle commence une fois que le biocide a été entièrement pulvérisé, au point de saturation. Prend habituellement 1 heure pour la salle blanche, peut être plus court pour les petites enceintes. Phase d'aération La pièce est aérée (purgée) jusqu'au niveau TLV (Threshold LimitValue), généralement moins que 1 ppm, déterminé par une sonde de mesure de concentration d'H2O2. L'aération n'est pas effectuée à l'aide du générateur, mais en utilisant le système HVAC de la salle blanche. Un équipement appelé NeutraMist peut être utilisé pour accélérer cette étape, une réaction de catalyse est utilisée pour dégrader plus rapidement la molécule d'H2O2.

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Produits d'hygiène

Filtre hepa pour sèche-mains automatique

PRO SIGNALISATION

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS