Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Des traces de plutonium dans la Seine

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Aux abords de Rouen, des traces de plutonium ont été retrouvées dans des sédiments de la Seine. L'Autorité de sureté nucléaire assure que le risque est faible.

Des traces de plutonium dans la Seine © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Des traces de plutonium ont été retrouvées dans la Seine au niveau du bassin des docks de Rouen, et dans le bras mort de la Seine à Bouafles (Eure). Elles ont été identifiées dans le cadre du programme de recherche Rhapsodis (Reconstitution Historique des Apports Particulaires à la Seine par l’Observation De leur Intégration Sédimentaire) engagé en 2008 et mené par l'Institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRSN). Le plutonium est un métal lourd et radioactif produit au cœur des réacteurs nucléaire.

Des pollutions de 1961 et 1975

Des marques anormales de plutonium ont été relevées dans des carottes réalisées en 2011. Alertée, l'Autorité de sureté de nucléaire (ASN) a demandé à l'IRSN de mener une enquête pour identifier la provenance de ces contaminants. Deux sources de pollution ont été identifiées. L'une datant de 1961, l'autre de 1975.

L'origine de la première contamination est inconnue. Quant à la seconde, elle est liée au CEA  qui, à cette époque, menait des recherches sur les procédés de retraitement et de séparation des transuraniens (famille d'éléments lourds dont le plutonium fait partie), sur le site de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine).

Un faible risque

Selon l'ASN, cette pollution présente un faible risque sanitaire, en particulier pour les agriculteurs qui auraient épandu les boues traitées dans la station d’épuration voisine d’Achères. Ce plutonium dans les sédiments de la seine présente un impact de 0,12 millisievert (mSv) par an pour les habitants le plus en contact. L'ASN invite à comparer cette dose aux  2,4 mSv de "radioactivité naturelle reçue par toute personne en France" et au  1,3 mSv reçue lors d'examens médicaux.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle