Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

DES STAGES POUR TOUS

Publié le

DES STAGES POUR TOUS



"L'emploi des jeunes : le défi de 1996 ", annonçait la " une " du premier numéro de " L'Usine Nouvelle " de 1996. Une année plus tard, on doit se frotter les yeux, tant l'objectif semble immuable. L'Elysée organise le 10 février un sommet social sur l'emploi des jeunes. Un de plus. Cette nouvelle " croisade ", selon le terme de Jacques Chirac, est-elle vouée au même sort que celles, tout aussi répétitives, du Moyen Age ? Peut-être pas. Même s'il ne faut pas attendre des miracles de cette nouvelle rencontre, les choses avancent peu à peu.

L'affaire des " stages diplômants " en entreprises en est un bon exemple. Le projet lancé par Didier Pineau-Valencienne, président de Schneider et vice-président du CNPF, a failli capoter, victime du feu roulant de critiques émanant des représentants des milieux universitaires, des syndicats d'étudiants et de l'Education nationale. Au CNPF, on s'est même dit prêt à retirer purement et simplement ses billes.

Heureusement, on a réussi à éviter que ce nouveau rendez-vous entre l'approche économique du monde de l'entreprise et la logique universitaire de ses détracteurs ne tourne court. Quitte à abandonner le terme de " stage diplômant " pour une autre appellation, qui pourrait être " première expérience professionnelle ". Face à la montée du chômage chez les jeunes, il devient impératif de dépasser les querelles de principe stériles. Que des centaines de milliers de diplômés arrivent encore chaque année sur le marché de l'emploi sans avoir bénéficié d'une véritable expérience en entreprise apparaît de plus en plus comme un gâchis impossible à ignorer. Bien d'autres l'ont déjà dit. Voilà six mois, le rapport de la commission Fauroux lançait un objectif ambitieux : 2 millions d'élèves en formation en entreprise chaque année !

Certes, les stages en entreprise existent déjà depuis plusieurs décennies. Après les grandes écoles, bien des formations universitaires les ont adoptés avec succès. Les statistiques montrent en effet que plus un jeune a bénéficié d'un cursus incluant un stage sérieux en entreprise, meilleures sont ses chances de trouver rapidement un travail. Il n'est que temps de rendre ces stages obligatoires pour tous, quelle que soit la formation choisie. Croire que ce seront autant d'emplois à bas prix dont profiteraient les patrons, c'est méconnaître l'évolution des besoins des entreprises. Les plus performantes veulent des collaborateurs non seulement bien formés, mais surtout... qualifiés et motivés ! Les entreprises vont donc se retrouver en première ligne. Bien des dirigeants en sont conscients. Beaucoup craignent de ne pouvoir faire face. Car un stage bien conçu demande réflexion, préparation et suivi. Mais n'est-ce-pas l'une des meilleures façons d'être une " entreprise citoyenne " ? Les expériences des pionniers, qui ne sont pas tous de grandes entreprises, montrent que la motivation peut faire des miracles (voir " L'Usine Nouvelle " du 27 juin 1996). Ces expériences, il faut les généraliser. Mais elles ne réussiront qu'à une condition : le monde de l'entreprise et celui de l'université doivent apprendre à travailler plus étroitement et plus systématiquement ensemble. On n'a plus le choix. Contrairement aux générations précédentes, une éducation poussée ne garantit plus la promotion sociale. Elle ne peut qu'en être un point de départ pour qui parvient à la valoriser.

, Directeur de la rédaction

USINE NOUVELLE N°2581

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle