Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Des signes timides d’une reprise dans l’agroalimentaire

, ,

Publié le

L’agroalimentaire français semble connaître un frémissement de son activité. Le bilan de l’année 2014 montre des signes encourageants, notamment sur la réduction des défaillances et sur l’emploi.

Des signes timides d’une reprise dans l’agroalimentaire © zigazou76 - Flickr - C.C

"Nous assistons à des signes de reprise, mais cela reste encore très fragile", a souligné le 2 avril, Jean-Philippe Girard, le président de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), qui présentait les résultats économiques de 2014 de l’agroalimentaire français. Mais le bilan de l’année passée reste encore très contrasté.

Parmi les bonnes nouvelles figure le recul marqué du nombre de défaillances d’entreprises. Après avoir culminé à 376 en 2013, elles sont retombées à 273 en 2014, en dessous du niveau de 2012 (297). Le premier secteur concerné par ces faillites reste l’industrie des viandes, très marquée par les difficultés économiques et la concurrence européenne, notamment dans l’abattage et la transformation de porc. Parallèlement, après des années de baisse, l’emploi a connu également un léger frémissement, avec une hausse de +0,2 % à 493 272 salariés dans le secteur, selon l’Insee.

Une déflation très marquée sur les marques nationales

Malgré ces bonnes nouvelles, le chiffre d’affaires du secteur a reculé de 0,8 % par rapport à 2013, pour s’établir à 157,6 milliards d’euros, malgré une hausse de 0,2 % en volume selon le panéliste IRI. "La guerre des prix massive en France constatée depuis deux ans dans la grande distribution a été responsable d’une perte de 780 millions d’euros en 2014 de chiffre d’affaires pour le secteur", a souligné Olivier Humeau, le directeur général de IRI. Les premiers mois de 2015 montrent une confirmation de cette tendance à la déflation. "Sur janvier et février, la baisse des prix dans les produits de grande consommation alimentaire est de 1,3 %, une tendance baissière qui se rajoute au recul déjà enregistré à la même période l’an passé", a affirmé Olivier Humeau, ajoutant que cela concernait surtout les marques nationales. Ainsi, les 1 600 références leaders du secteur ont vu leur prix dégringoler de 4 % en 2014, selon IRI.

Du côté de la balance commerciale, les exportations ont enregistré un nouveau tassement en 2014, de -0,7 % à 43,3 milliards d’euros, concomitante à une reprise des importations, de +0,5 % à 35,5 milliards d’euros. Au total, la balance commerciale de l’agroalimentaire est restée le deuxième excédent le plus élevé de la France, après l’aéronautique, à 7,8 milliards d’euros, en baisse de 7,9 % par rapport à 2013.

Une reprise espérée en 2015

La situation pourrait cependant s’améliorer pour l’agroalimentaire français en 2015. Tout dépendra de la capacité des industriels à investir et recréer de la valeur. A ce sujet, les réserves de l’Autorité de la concurrence rendues le 1er avril concernant l’union fin 2014 de plusieurs centrales d’achats de distributeurs, ont été bien accueillies chez les industriels. "Les pressions que les industriels vivent actuellement n’ont jamais été aussi dures. Force est de constater que la loi LME qui devait rétablir le rapport de forces entre industriels et distributeurs ne répond pas à son objectif initial", a indiqué Jean-Philippe Girard, soulignant être en pleine réflexion avec les adhérents de l’Ania pour demander une nouvelle révision du texte. En attendant, le chiffre d’affaires de l’agroalimentaire en 2015 devrait connaître une embellie. L’institut IRI anticipe une hausse de 1 à 1,5 %, "grâce à une consommation des ménages bien orientée".

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus