Des scientifiques britanniques découvrent un incroyable gisement de tellure au fond de l’océan

En explorant les fonds marins au large des Canaries, une équipe de chercheurs britanniques a identifié un gisement de tellure (ou tellurium) d’une teneur 50 000 fois plus élevée que celle des gisements terrestres. Ce métalloïde rare proche du sélénium est un semi-conducteur utilisé dans certains types de cellules photovoltaïques et dans les capteurs infrarouges.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Des scientifiques britanniques découvrent un incroyable gisement de tellure au fond de l’océan

C’est une montagne sous-marine de 3000 mètres de haut, sous 1000 mètres d'eau, dont le sommet en plateau semble avoir été arasé. Le Tropic Seamount est situé à 500 km des Canaries, dans l’océan Atlantique. Des robots sous-marins du Centre national d’océanographie britannique ont découvert que ce plateau était recouvert d’une croûte de 4 cm renfermant les plus vastes réserves de tellure jamais découvertes. Le Dr Bram Murton, qui a conduit l’exploration, les évalue à 2 670 tonnes.

5% à 8% des réserves mondiales

Peu de données sont disponibles sur l’état des réserves terrestres de ce métalloïde gris-argent. L’USGS recense seulement 25 000 tonnes se trouvant, comme co-produit, dans les anodes de cuivre non-raffiné. Ce qui signifierait que le Tropic Seamount recèle entre 5% et 8% des réserves mondiales. La Russie, la Suède, le Japon et le Canada en produisent chaque année quelques dizaines de tonnes chacun.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cette découverte a ravivé le vaste débat sur l’opportunité de miner les grands fonds. Ceux-ci doivent certes être protégés, mais leur exploitation permettait de préserver la surface de kilomètres cubes d’excavation de minerai pauvre. Et la transformation de ce mont en panneaux solaires permettrait de couvrir, selon le Dr Murton, 65% de la demande en électricité de la Grande-Bretagne. "C’est un dilemme. Rien ne se fait sans un coût", a déclaré le scientifique à la BBC.

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS