"Des retards de 3 à 4 semaines dans la livraison de véhicules Peugeot et Citroën"

Conséquence des arrêts de production dans les usines automobiles dans le monde, les distributeurs de voitures font savoir qu’ils rencontrent de premières difficultés de livraison. L’occasion de revenir sur cette situation avec Guillaume Paoli, directeur associé chez AramisAuto.com, distributeur multimarques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Votre activité subit-elle les conséquences des interruptions de production sur certains sites automobiles dans le monde ?
Sur le marché de l’occasion évidemment non. Mais en ce qui concerne les véhicules neufs, nous commençons à avoir des difficultés de livraison. Des retards de trois ou quatre semaines selon les modèles concernés. Concrètement, certains acheteurs qui doivent déjà attendre parfois trois ou quatre mois pour avoir leur véhicule ne l’auront pas avant les vacances d’été. Pour l’instant, il n’y a pas de panique à bord, mais si d’ici à deux semaines la situation des usines ne s’améliore pas vraiment dans le monde, cela va devenir compliqué pour tout le monde.

Quels sont les modèles les plus affectés par ces retards ?
Chez AramisAuto.com, qui est distributeur multimarques, ce sont essentiellement les véhicules diesel Peugeot, Citroën et Nissan. Par exemple, le Qashqai de Nissan ou son Juke, deux modèles à succès, accusent des retards de trois semaines chez nous.

Pour PSA Peugeot Citroën, ce sont surtout des anciens modèles comme le C4 Picasso qui connaissent d’importants retards de livraison. Le constructeur semble vouloir privilégier ses véhicules récents. Face à la pénurie de débimètre d’air, il utilise les stocks restants pour la 508 ou la DS4 par exemple. Au détriment d’autres modèles. A l’inverse, nous ne rencontrons pas encore de problème pour les modèles Renault. Mais nous restons en contact permanent avec les concessionnaires des marques que nous distribuons pour avoir la tendance.

Quelles sont les solutions possibles pour pallier ces retards ?
Il n’est pas toujours évident d’expliquer aux clients que le retard dans la livraison de leur véhicule est dû à la catastrophe au Japon. Chez nous, si le client le souhaite, nous lui proposons un véhicule équivalent ou d’occasion, nous nous débrouillons. Mais chez les concessionnaires de chacune des marques impactées, la situation est beaucoup plus délicate, car ils ne peuvent pas forcément fournir d’autres voitures, selon leurs stocks.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS