Des relations à réinventer

Les cadres imaginent d'autres modes d'échange avec leurs équipes et les services voisins. Un certain nombre de cadres découvre que « cinvaincre sans s'imposer » et « défendre leur point de vue » reposent avant tout sur leur capacité à montrer à leur inte

Partager




Evaluation et force de conviction, les critères de l'excellence
Les qualités jugées utiles par les cadres pour renforcer leur confiance professionnelle
Taux de réponse à la question "Très utile", en %
Cadres encadrant
1 Savoir mieux identifier et utiliser les compétences
et les potentiels de ses collaborateurs
56%
2 Savoir mieux défendre son point de vue
55%
3 Savoir mieux planifier son travail et celui de ses collaborateurs
50%
4 Savoir convaincre sans imposer
50%
En tête, les qualités de management d'équipe, d'organisation, d'écoute et d'expression. Les modes d'organisation « top down » sont de moins en moins fréquents et remplacés par des structures plates. Résultat : « Imposer son point de vue ne suffit plus ; il faut aussi faire valoir ses arguments », analyse Jean Bismuth, directeur associé de Sociovision.

Témoignage
JÉRÔME CHAMPETIER DE RIBES
Directeur général d'Etiam

Trouver des consensus

« Avec mon profil en marketing et gestion, l'un de mes défis, lorsque je suis arrivé
chez Etiam, a été de comprendre une équipe composée d'ingénieurs informaticiens.
En outre, le président et quatre des quinze salariés sont aussi cofondateurs de la société qui crée des systèmes d'échange d'informations médicales. Pour les décisions stratégiques, nous nous mettons autour d'une table et nous en débattons. C'est parfois long, mais ce n'est pas du temps perdu, car nous évitons les conflits. »

Le cas d'un cadre


Olivier Machet

Chef du bureau d'études régional gaz chez GdF pour les centres de distribution pour l'est francilien.

Motiver son équipe en la faisant connaître à l'extérieur
Lorsqu'il a pris, durant l'été 2001,la direction d'un bureau d'études de GdF, Olivier Machet savait déjà qu'il pourrait postuler pour une autre fonction en 2003. Face à son équipe de six personnes, ce diplômé de l'Institut français du pétrole, âgé de 27 ans, a préféré jouer la franchise : « Je leur en ai parlé, car je voulais que les choses soient claires. En contrepartie, je leur ai promis qu'avant mon départ eux aussi pourraient présenter leur candidature à d'autres postes afin qu'ils ne soient pas bloqués pendant la phase de transition. »
En attendant, pour motiver ce groupe de constitution récente - le bureau d'études a été créé il y a deux ans -, Olivier Machet sait qu'il a peu de marges de manœuvre :
« Le levier salarial est relativement difficile à faire jouer. Il faut trouver d'autres moyens, tels que la formation, l'innovation », ajoute-t-il. Ce jeune cadre, qui, lors de son entretien annuel, s'est donné comme objectif de « faire reconnaître son groupe à l'extérieur », fait donc jouer son réseau : « Nous avons mis au point une innovation informatique. Pour la faire connaître, j'ai invité une personne du niveau national pour un petit déjeuner avec mon équipe. Cela devrait aboutir. » Autre exemple : il incite ses techniciens à animer des stages de formation afin qu'ils partagent leurs expériences.


Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS