Des rejets d’eau bientôt autorisés à Fukushima

Face aux incommensurables volumes d’eau qui s’accumulent sur le site de Fukushima, Tepco pourrait être autorisé à effectuer des rejets dans l’océan.

Partager
Des rejets d’eau bientôt autorisés à Fukushima

Suite aux incidents à répétition sur le site de Fukushima, l’autorité japonaise de régulation nucléaire réfléchit à autoriser des rejets d’eau dans l’océan aux abords de la centrale accidentée de Fukushima. "Nous pourrions envisager de rejeter de l’eau dans l’océan à condition que le niveau de contamination radioactive soit ramené sous la limite légale", explique Shunichi Tanaka, le président de l’autorité.

C’est une petite révolution. Aujourd’hui, l’électricien japonais Tepco, en charge de la gestion du site accidenté, a pour l’obligation de garder sur le site les eaux souillées bien sûr, mais aussi les eaux contaminées. Ainsi, 300 000 mètres cubes d’eau sont stockés dans des réservoirs, parfois défectueux. L’équivalent de 100 piscines olympiques. A l’horizon 2015, c’est un stockage de 700 000 mètres cubes qui est anticipé. "Tepco accumule de l’eau de manière infinie, c’est intenable à long terme", explique Thierry Charles, directeur de la sûreté à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Du tritium difficile à éliminer

Pour beaucoup d’experts, le rejet de l’eau dans l’océan est inévitable à terme, même si des questions de doses vont se poser. L’autorité assure que toutes les dispositions seront prises pour diminuer au maximum les contaminations. En revanche, il est quasiment impossible de les ramener à zéro. D’une part, Tepco peine toujours à mettre en route ses dernières unités de décontamination. D’autre part, si certains contaminants comme le césium sont simples à isoler, d’autres comme le tritium sont très difficiles à retirer des eaux polluées.

Fin août, Tepco, sous la pression du gouvernement, a fait appel à l’expertise étrangère pour gérer les stockages d’eau (voir L’Usine Nouvelle n°3343). L’autorité de sûreté a, en particulier, tapé du poing sur la table après qu’un silo de 1000 tonnes a laissé fuir 300 tonnes d’eau dans le sol, entraînant une pollution locale. Incident le plus grave depuis la catastrophe de mars 2011.

Ludovic Dupin

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Environnement

Dépoussiéreur industriel : Filtre à manches FP rectangulaire

FB FILTRATION

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Architecte produits & systèmes / orienté Cyber-sécurité F/H

Safran - 13/11/2022 - CDI - Les Ulis

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS