Des quotas sur la pêche de l'espadon de Méditerranée

La pêche de l'espadon de Méditerranée, dont les stocks ont chuté de 70% en l’espace de 30 ans, sera régie par des quotas à partir de 2017.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Des quotas sur la pêche de l'espadon de Méditerranée

Pour la première fois, la pêche de l’espadon sera réglementée. Au terme de sa réunion annuelle, qui s’est achevée le 21 novembre, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta) a fixé un quota de pêche à 10 500 tonnes pour l’année 2017, près des volumes prélevés.

Capture de juvéniles

"Une recommandation visant à établir un plan de rétablissement pluriannuel pour l'espadon de la Méditerranée, qui est considéré comme étant particulièrement important en raison de l'état actuel du stock qui connaît un fort épuisement", a été adoptée, souligne la Cicta. L’objectif est de reconstituer les stocks durant 15 ans. Le quota sera abaissé de 3% par an de 2018 à 2022, avant une évaluation scientifique au cours de l’année 2019. D’après plusieurs organisations non-gouvernementales, les stocks d’espadon ont perdu 70% en 30 ans, tandis que 70% des poissons capturés ont moins de trois ans, et ne se sont donc pas reproduits avant capture. La Commission européenne avait initialement proposé d’abaisser les quotas de 25% en cinq ans. L’Italie, le Maroc, l’Espagne, la Grèce et la Tunisie en sont les premiers pays pêcheurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des totaux admissibles de capture, qui correspondent à des limites de pêche, ont par ailleurs été fixés pour l’espadon de l’Atlantique Nord et Sud. Les recommandations liées à l’albacore et au thon rouge de l’Atlantique ont quant à elles été revues.


Un site pour suivre les mouvements des navires

Face aux préoccupations liées à la surpêche, Google  a lancé en septembre dernier, en partenariat avec les ONG SkyTruth et Oceana, le site Global fishing watch, qui trace les déplacement de plus de 35 000 navires de pêche. "Global Fishing Watch est une aubaine pour la conservation des océans. Il s’agit du seul système de suivi des navires à distance qui soit international et accessible au public. Il marque le début de la fin de la pêche illégale", espérait, lors de son lancement, Enric Sala, explorateur à la National Geographic Society. 

0 Commentaire

Des quotas sur la pêche de l'espadon de Méditerranée

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS