Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Des polluants qui irritent les voies respiratoires

,

Publié le

20 000 ? 40 000 ? Le nombre de morts prématurées dues à la pollution d’origine automobile en France est difficile à quantifier. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a avancé le chiffre de 40 000 morts, contesté par d’autres études. Reste que les particules et les oxydes d’azote émis par le diesel sont considérés comme cancérigènes, affectant les voies respiratoires et pouvant engendrer des maladies cardiovasculaires. En ville, l’impact du trafic routier ne peut plus être nié. Selon Airparif, le réseau de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France, il serait responsable de 56 % des émissions d’oxydes d’azote (NOx), contre 18 % pour le résidentiel et le tertiaire (chauffage, climatisation). Le NOx est « un polluant à effet sanitaire, qui irrite les voies respiratoires », précise Pierre-Emmanuel Burg, ingénieur communication à Airparif. Les moteurs diesel produits avant la norme Euro 5, qui constituent l’essentiel du parc auto, émettent trois fois plus de NOx que les moteurs essence et trente fois plus de particules. Le transport routier est responsable de 28 % des émissions de PM10 (particules inférieurs à 10 micromètres) et de 35 % des émissions de PM2,5, qui pénètrent encore plus aisément dans les bronches. La circulation alternée est-elle la solution en cas d’alerte pollution ? Elle réduit le trafic de 25 % et permet de diminuer de 10 % les NOx et de 6 % les particules. Avec des pointes pouvant atteindre 20 % sur le périphérique parisien. La maire de Paris, Anne Hidalgo, prévoit d’interdire les véhicules diesel dans la capitale en 2020. Mais les automobilistes ne sont pas seuls en cause. Au printemps, les pics de pollution aux particules sont favorisés par l’agriculture intensive. Mais c’est complexe. « C’est un phénomène chimique, facilité par les changements thermiques. L’épandage des engrais est combiné à d’autres polluants », explique Pierre-Emmanuel Burg. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle