Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Des perturbateurs endocriniens retrouvés dans les cheveux des enfants

Léna Corot ,

Publié le

Les cheveux de 43 enfants âgés de 10 à 15 ans, vivant en milieu urbain et rural, ont été testés. Des perturbateurs endocriniens ont été retrouvés dans les cheveux d'enfants, selon une étude de 60 Millions de consommateurs publiée le 20 avril.

Des perturbateurs endocriniens retrouvés dans les cheveux des enfants
Des perturbateurs endocriniens ont été retrouvés dans les cheveux de 43 filles et garçons âgés de 10 à 15 ans testés par 60 Millions de consommateurs.
© Pixabay - CC

Couches pour bébés, protections féminines, cosmétiques,… la liste des produits suspectés de contenir des perturbateurs endocriniens s'allonge au fil des études. Cette fois-ci, 60 Millions de consommateurs a décidé de tester directement les enfants, et non pas les produits du quotidien.

Vivant en ville ou à la campagne, tous les enfants de cette étude publiée le 20 avril sont contaminés par les perturbateurs endocriniens. Plus précisément, c'est leurs cheveux, testés, qui contiennent entre 20 et 54 substances. En moyenne 34 produits ont été détectés et quantifiés chez ces enfants, poursuit le magazine. Des PCB interdits depuis 30 ans et l'insecticide Lindane qui n'est plus commercialisé depuis les années 2000 ont aussi été retrouvés, selon franceinfo.

43 enfants testés et 254 molécules recherchées

Les cheveux de 43 filles et garçons âgés de 10 à 15 ans vivants en milieu urbain ou rural ont été testés. Pourquoi les cheveux ? Ils sont irrigués à la racine par des vaisseaux sanguins et se chargent de composés auxquels le corps est exposé, explique 60 Millions de consommateurs.

En tout, 254 molécules appartenant à sept grandes familles de perturbateurs endocriniens ont été recherchées : bisphénols, phtalates, pesticides, métaux lourds, polychlorobiphényles (PCB), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et retardateurs de flamme bromés (PBDE).

Une définition en discussion depuis 2013

Les perturbateurs endocriniens sont suspectés d'interférer sur le développement normal de l'organisme. Chez les enfants cela se traduit par la prématurité, les malformations congénitales, ou encore la puberté précoce. Les autorités se sont saisies de cette question, et la définition des perturbateurs endocriniens est en débat au sein de l'Union européenne depuis décembre 2013.

Fin février un vote informel a de nouveau divisé les Etats membres. La France, qui a voté contre la définition proposée, défend une définition graduelle prenant en compte les perturbateurs endocriniens suspectés, présumés ou connus. Les industriels, eux, cherchent à introduire des dérogations prenant en compte le "risque négligeable".
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle