Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Des perquisitions sur trois sites de Renault

, ,

Publié le , mis à jour le 14/01/2016 À 14H22

Des perquisitions ont été effectuées sur trois sites de Renault pour procéder à un complément d'enquête aux tests réalisés par la commission technique mise en place par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, dans le sillage de l'affaire Volkswagen, a indiqué le constructeur français.

Renault a déclaré ce jeudi 14 janvier que des perquisitions avaient été effectuées sur trois de ses sites pour procéder à un complément d'enquête aux tests réalisés par la commission technique mise en place par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, dans le sillage de l'affaire Volkswagen.

"En parallèle, la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a décidé de faire procéder à un complément d'investigation sur pièce et sur site, qui a vocation à valider définitivement les premiers éléments d'analyse réalisés par la Commission technique indépendante", dit le groupe dans un communiqué.

"Les tests en cours permettent d'anticiper des solutions d'amélioration pour les véhicules Renault qui sortiront des usines comme pour les véhicules en circulation, que le groupe Renault a décidé de présenter rapidement sous la forme d'un Plan Emissions de Renault, qui aura pour objectif de renforcer la performance énergétique de nos véhicules", ajoute-t-il.

Renault souligne que le ministère de l'Ecologie considère "que la procédure en cours ne mettrait pas en évidence la présence d'un logiciel truqueur équipant les véhicules Renault".

L'action Renault a décroché jeudi midi à la Bourse de Paris après l'annonce d'une "perquisition" des autorités françaises de la concurrence la semaine dernière sur plusieurs sites du constructeur automobile. Renault a confirmé que la DGCCRF s'était rendue sur le site technique de Lardy, au Technocentre et au siège du groupe à Boulogne-Billancourt.

Avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

14/01/2016 - 18h48 -

Plus besoin des Américains pour laminer les vestiges de notre Industrie automobile, nos Enarques et notre justice s'en charge.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle