Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Des optiques qui focalisent sans bouger

, ,

Publié le

Enquête De nouveaux dispositifs autofocus, déjà utilisés par le contrôle industriel et le secteur médical, équiperont bientôt les téléphones portables.

Des optiques qui focalisent sans bouger

En photographie, mettre au point, c'est faire bouger une lentille manuellement ou en automatique (autofocus). Du moins jusqu'à présent. Car une nouvelle génération d'optiques réalise la même opération sans mouvement, en changeant la forme de la lentille. Ces optiques adaptatives, dont le principe existe déjà en astronomie, ciblent la téléphonie mobile. Un énorme marché.

En effet, sur le milliard et demi de téléphones portables vendus en 2011, la plupart font aussi office d'appareil photo. Et plus de la moitié sont équipés d'un système autofocus. "L'autofocus devient indispensable car la définition des capteurs d'image ne cesse d'augmenter, pour atteindre 8, voire 12 mégapixels", explique François Vieillard, le directeur du marketing de PoLight, une société norvégienne qui s'apprête à commercialiser des lentilles adaptatives.

Jusqu'à mainenant, la distance entre la lentille et le capteur d'image était ajustée par un petit moteur (voice coil motor, VCM). Mais dans l'univers des équipements électroniques de poche, la solution "motorisée" est loin d'être optimale : elle est encombrante et énergivore (de 200 à 250 mW). Les technologies d'autofocus sans pièces mobiles peuvent faire beaucoup mieux.

Ainsi, les lentilles adaptatives de PoLight réduisent leur consommation électrique à 5 mW, circuit électronique de commande compris. Quant aux nouveaux procédés de mise au point, plus intégrés, ils permettront de diminuer significativement l'épaisseur des systèmes optiques.

Le français Varioptic, créé en 2002, a été le premier à s'aventurer dans la technologie des lentilles liquides. Se serait-il lancé prématurément ? Toujours est-il qu'il n'a pas réussi à percer sur le marché des téléphones portables. Racheté par Parrot en mai 2011, il se consacre désormais aux applications techniques : contrôle industriel, lecteur de codes-barres, caméras médicales...

Fabriquées à Taïwan par son partenaire Creative Sensor, ses lentilles ont été vendues à des dizaines de milliers d'exemplaires. Elles ne sont pas réalisées à partir des méthodes de fabrication collective - en parallèle sur un wafer, tels les circuits électroniques. Toutefois, leur procédé de fabrication, comparable à celui des piles bouton, est rapide et permettrait, indique Varioptic, de monter en cadence pour de plus grands volumes.

Entre-temps, d'autres systèmes d'autofocus ont vu le jour. Pour focaliser l'image sans bouger la lentille, l'américain LensVector contrôle l'orientation des cristaux liquides. De son côté, PoLight, qui collabore avec le centre de recherche norvégien Sintef et l'EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) et qui a recruté plusieurs anciens salariés de Varioptic, déforme une membrane de verre avec un matériau piézoélectrique.

Plus d'un atout à l'actif des lentilles adaptatives

Ces deux nouvelles technologies visent le marché des téléphones portables avec des produits à bas coût. LensVector, en avance sur son concurrent norvégien, fabrique ses lentilles sur des wafers de 8 pouces, dans son usine de la Silicon Valley, dont la capacité est de plusieurs dizaines de millions de pièces par an. L'américain a passé un accord avec le taïwanais Edom en vue de distribuer ses composants optiques en Chine, où sont fabriqués des téléphones d'entrée de gamme.

Pour sa part, PoLight a confié la production de préséries, sous forme de wafers, à l'américain SVTC. "L'objectif est de fabriquer, pour nos clients partenaires, de 1 à 2 millions de pièces par mois à la fin 2012", indique François Vieillard. L'entreprise a signé un accord avec Texas Instruments, qui produira la partie optique intégrée. L'assemblage final sera assuré par des prestataires asiatiques. L'objectif : sortir 10 millions de pièces par trimestre en 2013.

Pour convaincre les fabricants de téléphones portables, les nouveaux venus misent sur la compacité et la faible consommation d'énergie. Mais pas seulement. Les lentilles adaptatives sont aussi capables de focaliser très rapidement. PoLight annonce des temps de réponse inférieurs à une milliseconde. Un nouveau mode de prise de vue dit "all in focus" devient possible. Avec trois photos prises successivement puis assemblées, on obtient une image où trois personnages placés sur plusieurs plans seront tous nets.

Autre atout pour les applications industrielles : la vitesse de mise au point. Un avantage certain quand un contrôle en ligne plus rapide permet d'accélérer la production. Et ce n'est pas tout. "Dans le secteur industriel, c'est surtout la fiabilité de nos lentilles qui séduit. Elles supportent des dizaines de millions de cycles sans problème. Sans parler de la résistance aux chocs, puisqu'il n'y a pas de pièces mobiles", précise Bruno Berge, le fondateur de Varioptic.

Le pionnier n'a pas l'intention d'en rester aux simples systèmes autofocus. Avec sa technologie de lentilles liquides, il veut créer des optiques plus élaborées, toujours sans pièces mobiles. Il vient juste de lancer, sous forme de kit d'évaluation, une nouvelle lentille adaptative qui réalise à la fois l'autofocus et la stabilisation de l'image, afin de corriger en temps réel le tremblement de la main.

La forme de la lentille liquide est pilotée par quatre éléctrodes, au lieu de deux pour le simple autofocus. Dans ses cartons, Bruno Berge a aussi une version à huit électrodes, qui pourrait réaliser des fonctions plus complexes, pour le traitement d'images, mais aussi pour le contrôle de faisceaux laser.

TROIS SYSTÈMES D'AUTOFOCUS
DÉFORMER UNE MEMBRANE DE VERRE
Le principe
Une céramique piézoélectrique de forme circulaire est déposée sur une fine membrane de verre. En l'absence de tension électrique, la lumière traverse la lentille sans être déviée. Quand une tension est appliquée, la céramique force la membrane de verre à se déformer, ce qui dévie la lumière et permet la focalisation.
Les applications
PoLight, qui conçoit et commercialise le système TLens (Tunable Lens), vise le marché des appareils photo de téléphones mobiles.

CONTRÔLER LA FORME D'UNE GOUTTE
Le principe
Une cellule fermée contient deux liquides non miscibles (huile et eau) mais de même densité. La mise sous tension électrique change la forme de la goutte d'huile, par le phénomène d'électromouillage. Le changement de la forme focalise la lumière qui traverse le dispositif.
Les applications
Varioptic (une division de Parrot) vend ses optiquesadaptatives sur les marchés techniques et industriels : caméras de contrôle, lecteurs de codes-barres, dispositifs médicaux, biométrie.

ORIENTER DES CRISTAUX LIQUIDES
Le principe
Lorsqu'on applique une tension électrique, un matériau diélectrique engendre un champ électrique dont le profil est contrôlé. Ce champ électrique détermine l'orientation des cristaux liquides contenus dans l'une des couches du système, ce qui permet de focaliser la lumière.
Les applications
LensVector élabore et fabrique les systèmes LVAF (LensVector Auto Focus) pour les téléphones mobiles, ordinateurs portables et autres équipements électroniques grand public.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

05/03/2012 - 15h28 -

"la solution "motorisée" est loin d'être optimale : elle est encombrante et énergivore (de 200 à 250 MW)" Vache, ça consomme un autofocus, la centrale nucléaire qui l'alimente doit pas être pratique à transporter.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle