Des moustiques anti-dengue lâchés à Nouméa

Mercredi 10 juillet a eu lieu à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, un lâcher de moustiques contenant des bactéries permettant d'éradiquer la dengue. Une première sur le sol français.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Des moustiques anti-dengue lâchés à Nouméa
Ce mercredi, environs 500 moustiques ont été lâchés à Nouméa dans le but d'empêcher les épidémies de dengue

Ce mercredi 10 juillet dans le centre-ville de Nouméa, en Nouvelle Calédonie, s’est tenue une cérémonie peu commune : un lâcher de quelques 500 moustiques "wolbachia", infectés par la bactérie du même nom. Bactérie qui serait selon le docteur Nadège Rossi, chef du World Mosquito Program à Nouméa, "présente naturellement dans 60% des insectes et qui est inoffensive pour l’homme et pour l’environnement". Selon le journal Ouest-France, cette innovation est avant tout le fruit de la collaboration entre l’université australienne de Monash, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie, l’institut Pasteur et la ville de Nouméa.

Des résultats prometteurs

Il y dix ans, des chercheurs australiens découvraient que la bactérie "wolbachia" permettait de bloquer aux hommes la transmission de virus tels que la dengue, le zika ou encore le chikungunya, le plus souvent véhiculés par l’Aedes Aegypti, considéré comme l’un des moustiques les plus dangereux au monde. Cette nouvelle méthode a déjà été approuvée dans une douzaine de pays ces dernières années dont l’Australie, le Brésil ou l’Indonésie, et aurait fait ses preuves.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des épidémies de plus en plus sévères

La mairie de Nouméa prévoit un lâcher par semaine de moustiques durant une période de six mois afin de régénérer et multiplier leur population. Depuis le début de l’année, le virus de la dengue a déjà fait deux morts, dont une fillette de 8 ans, contaminé 4 000 personnes et généré l'hospitalisation de 300 autres. En 2017, 13 personnes avaient succombé à l’arbovirose, maladie provoquant des douleurs articulatoires et fortes fièvres et pouvant entraîner la mort si elle s’attaque à un organe vital ou qu’elle devient hémorragique. Or ces épidémies s’allongent et paraissent cliniquement de plus en plus sévères, selon l'expert cité par Ouest-France.

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS