Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Des mesures d’accompagnement spécifiques pour les salariés de l’usine PSA de Saint-Ouen

, , ,

Publié le

Obligée de fermer ses portes pour permettre la construction d’un hôpital, l’usine PSA de Saint-Ouen offrira des mesures d’accompagnement spécifiques à ses salariés.

Des mesures d’accompagnement spécifiques pour les salariés de l’usine PSA de Saint-Ouen
Le site PSA de Saint-Ouen fermera ses portes en 2021.
© PSA

Ce 31 janvier, les syndicats de l’usine PSA de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et la direction du groupe automobile ont signé un accord portant sur les mesures d’accompagnement des salariés du site suite à l’annonce de sa fermeture au plus tard en 2021.

Le terrain sur lequel est implanté l’établissement a en effet été choisi par les Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour y construire le futur centre hospitalier Grand Paris Nord. Une décision entraînant un redéploiement de l’activité industrielle du site et la suppression de ses quelque 350 emplois.

Arguant du fait que la fermeture n’était pas motivée par la situation économique mais résultat d’une décision des pouvoirs publics, les représentants du personnel avaient demandé la mise en œuvre de mesures exceptionnelles.

"Il y a eu des avancées par rapport aux premières propositions de mesures d’accompagnement. L’accord contient des dispositions spécifiques à l’usine de Saint-Ouen et La direction des ressources humaines a confirmé que le nécessaire sera fait pour proposer à chaque salarié un accompagnement de qualité", précise Brahim Loujahdi, délégué CFTC.

Un effort pour encourager les départs volontaires

Pour les salariés qui choisiront de quitter l’entreprise, l’accord prévoit le versement d’une prime de départ qui ne pourra pas être inférieure à six mois de salaire et à laquelle s’ajouteront, d’une part, une indemnité complémentaire d’incitation équivalent à douze mois de salaire et d’autre part une indemnité spécifique supplémentaire de 20 000 euros. Un dispositif de compensation d’un éventuel différentiel de salaire est également prévu, de même qu’une indemnité supplémentaire de 10 000 euros pour les salariés handicapés.

L’accord prévoit, par ailleurs, de proposer à l’ensemble du personnel du site, le bénéfice du dispositif Congé Senior d’une durée maximale de 60 mois. Ces congés seront rémunérés sur la base de 75 % du salaire brut de référence et ses bénéficiaires percevront, par ailleurs, une indemnité spécifique complémentaire.

Les salariés qui accepteront une mobilité interne dans un des autres établissements du groupe en Île-de-France se verront proposer une indemnité forfaitaire basée sur l’allongement du trajet en voiture et du temps de transports en commun allant de 115 à 230 euros bruts et versées durant 36 mois. Des mesures concernant l’employabilité ont également été intégrées. Elles portent sur la formation professionnelle mais aussi le financement du permis de conduire.

"Les syndicats resteront vigilants car pour nous la vraie victoire c’est quand nous aurons la confirmation que chacun a retrouvé un CDI. Nous ne voulons pas revoir nos collègues au Pôle emploi comme ce fût le cas pour certains anciens d’Aulnay-sous-Bois", complète Brahim Loujahdi.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle