Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Des lycéens découvrent les métiers de la pharma chez Lilly

Cécile Maillard , , , ,

Publié le

A l’occasion de la semaine de l’industrie, le laboratoire Lilly a ouvert les portes de son site de production alsacien à une vingtaine de lycéens pour qu’ils échangent avec ses salariés sur les métiers de l’industrie pharmaceutique.

Des lycéens découvrent les métiers de la pharma chez Lilly © Félix Poirier - Lilly

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Ils n’ont pas l’habitude d’interroger des adultes sur leur métier, et bien souvent, les questions notées sur des feuilles quadrillées peinent à être posées. Deux par deux, les lycéens d’une classe de première professionnelle en "maintenance des équipements industriels" (MEI) passent de table en table pour échanger avec des salariés du site de production de Lilly à Fegersheim, au sud de Strasbourg. Sur chaque table de la lumineuse salle réservée à la communication, un petit panneau affiche un mot mystérieux : instrumentiste, automaticien, conducteur de process…

Une dizaine de métiers de l’industrie pharmaceutique se dévoilent devant ces jeunes du lycée Rodloff de Strasbourg, à l’occasion de la semaine de l’industrie. Avant d’attaquer le speed dating de dix minutes par table, l’usine leur a été présentée : ici, Lilly produit des stylos injecteurs et médicaments biogénétiques en cartouche (insuline, hormones de croissance), et des traitements contre le cancer et l’ostéoporose.

Modifier le regard sur les métiers

Deux lycéens s’installent face à deux conducteurs de ligne. Poignées de main. Un des salariés Lilly raconte : "Je prépare la ligne, je la conduis, j’interviens en cas de difficulté, et tout ce que je fais, je le note, parce que dans l’industrie pharmaceutique, il y a beaucoup de paperasse." Derrière lui, un ingénieur "procédés" explique les procédés de lavage et de stérilisation, perdant ses jeunes interlocuteurs sous des explications techniques détaillées. "Vous travaillez depuis longtemps, ici ?", interroge l’un d’eux, content d’avoir réussi à placer une de ses questions.

Le service communication de l’usine de Fegersheim a organisé ce speed dating avec le réseau social JobIRL (comme "in real life"), qui met en relation un millier de professionnels avec près de 9 000 jeunes pour les aider à affiner leur orientation. Ce sont les métiers sur lesquels Lilly a le plus de mal à recruter qui sont présentés aux lycéens. Histoire de modifier leur regard sur l’industrie, et de susciter, un jour peut-être, des vocations… Les salariés, volontaires, n’ont reçu qu’une consigne, celle d’éviter le jargon et de parler simplement.

Deux trentenaires, techniciens du service énergie, détaillent leur parcours et affirment que "rester généraliste, ce n’est pas un problème, tu te spécialises après". La première question fuse assez vite :  "Vous travaillez seul ?" Une enquête d’IFOP pour l’Institut Lilly montre que les jeunes imaginent les métiers de l’industrie comme étant pratiqués chacun dans son coin, isolé, sous les ordres d’une hiérarchie pesante. Or "les jeunes aiment bien ça, l’équipe", confirme un lycéen particulièrement passionné par la rencontre, qui bombarde ses interlocuteurs de questions. Avant de conclure au bout d’une heure :  "C’est un travail rigoureux, il faut beaucoup de sérieux et de motivation, et ils ont tous un bel esprit d’équipe."

Ouf ! Pari tenu. Le regard a changé, sur l’aspect collectif du travail, au moins.

Cécile Maillard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle