Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Des industriels de l'hygiène condamnés à une amende record d’un milliard d’euros pour entente

Léna Corot , , , ,

Publié le

L'Oréal, Colgate-Palmolive, Henkel, Unilever ou encore Procter & Gamble ont été condamnés pour entente sur les prix de shampoings, liquides-vaisselles et gels douches.

Des industriels de l'hygiène condamnés à une amende record d’un milliard d’euros pour entente
Des produit de la marque Dove appartenant au groupe Unilever condamné pour entente.
© Flickr - Mike Mozart - c.c

La cour d’appel de Paris a confirmé presque intégralement jeudi la décision de l’Autorité de la concurrence rendue en 2014 en condamnant onze multinationales à 948,9 millions d’euros d’amende pour entente, contre 951,1 millions d’euros lors du jugement de première instance. La cour d’appel confirme ainsi sanction la plus élevée qu’ait jamais prononcée l’Autorité de la concurrence.

Les multinationales concernées ? L'Oréal, Colgate-Palmolive, Henkel, Unilever, Procter & Gamble, Reckitt Benckiser, Sara Lee, SC Johnson et Bolton Solitaire, Laboratoires Vendôme, Gilette, L’Oréal, Beiersdorf et Vani.

L’Autorité de la concurrence explique, en 2014, sanctionner "deux ententes entre fabricants de produits d’hygiène et d’entretien, ayant consisté entre 2003 et 2006, pour chacun des marchés concernés, à coordonner leur politique commerciale auprès de la grande distribution et en particulier à se concerter sur les hausses de prix". Shampoings, liquides-vaisselles ou encore gels douches ont vu leur prix augmenter.

Des rencontres secrètes

L’enquête de l’Autorité de la concurrence a débuté en 2011 et concernait le secteur des produits d’entretien. Rapidement certaines multinationales (Colgate-Palmolive, SC Johnson et Henkel) ont expliqué que l’entente était beaucoup plus large et concernait onze firmes ainsi que le secteur de l’hygiène.

Des rencontres secrètes et régulières étaient fixées entre les multinationales. Elles se mettaient d’accord sur le comportement à adopter et les prix à fixer lors des négociations avec les distributeurs. Les multinationales allaient jusqu'à fixer des dates précises pour procéder aux augmentations tarifaires. Cette entente a conduit à des surcoûts de 4 à 6% pour les consommateurs en 2006 sur les produits d’hygiène, affirme l’Autorité de la concurrence.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle