DES IDÈES POUR LA PHOTONIQUE

Partager





DES IDÈES POUR LA PHOTONIQUE



Léger accent, débit impressionnant, Patrick Meyrueis, Méridional de 49 ans installé depuis vingt ans en Alsace, a dix idées à la minute. Pas étonnant que le Laboratoire des systèmes photoniques, qu'il dirige depuis quinze ans, en concrétise au moins une par an ! La dernière en date ? Le développement d'un visuel holographique en couleur pour casque. Marié et père d'un fils, cet ingénieur, qui s'est initié à la recherche aux Etats-Unis, est passionné de photonique, " cette nouvelle science de l'ingénieur qui promet d'être à l'optique ce que l'électronique est à l'électricité ". Patrick Meyrueis est un patron de recherche à l'américaine. Son rôle, il le conçoit plus comme celui de chef d'une entreprise (de recherche) que comme celui de simple directeur scientifique. Et comme entreprendre veut dire aussi prendre des risques, il pousse ses chercheurs et ses étudiants à prendre en charge des contrats de recherche pour l'industrie. Grâce à son flair pour les technologies d'avenir, Patrick Meyrueis les guide vers des secteurs porteurs. Actuellement, une douzaine de contrats de recherche sont en voie de réalisation et fournissent la plus grande part des 6 à 8 millions de francs du budget de fonctionnement annuel hors salaires du laboratoire, abrité par l'Ecole nationale supérieure de physique de Strasbourg. " Notre but n'est pas de faire de l'argent, tient-il à préciser. Le principal bénéfice que nous en retirons, c'est le nombre d'étudiants placés grâce aux contacts noués pendant les projets. " Bien sûr, il y a aussi des échecs. " En France, trop souvent, les industriels ne sont prêts à payer une recherche qu'à condition qu'elle soit déjà faite ! ", regrette-t-il. Mais il en faudrait plus pour arrêter ce fonceur.

USINE NOUVELLE N°2554

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS