Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Des études cliniques grâce aux smartphones avec le dijonnais CEN

, ,

Publié le

Made in France

Des études cliniques grâce aux smartphones avec le dijonnais CEN
L’appli Nurstrial recueille les données médicales de façon cryptée.
© D.R. ; Frédéric MAIGROT / RéA

Avec Nurstrial, le professeur François-André Allaert, le fondateur du groupe CEN à Dijon (Côte-d’Or), apporte sa pierre à l’édifice naissant de la médecine connectée. Cette application spécifique aux smartphones et tablettes ouvre de nouvelles perspectives à la réalisation d’essais cliniques et d’études d’évaluation de dispositifs médicaux ou de pratiques de soins. Tout l’intérêt repose sur la souplesse et le partage quasi instantané des données. Le patient peut ainsi suivre en temps réel l’évolution de son affection ou de sa maladie, en faire part par écrit et l’illustrer d’images. Les auxiliaires de santé apportent aussi leur témoignage auprès du corps médical et rendent plus fiables et plus fines les études en cours.

Pendant deux ans, avec un budget d’un peu plus de 200 000 euros, une équipe de dix personnes, en intégrant la société partenaire B to Web, a planché sur ce projet. "Toute la difficulté a été d’élaborer les algorithmes de cryptage dits asymétriques, qui préservent de manière absolue le secret médical des données recueillies, tout particulièrement l’anonymat des patients", explique François-André Allaert. La notification d’autorisation de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a donc été vécue comme une récompense. Elle permet de créer le premier observatoire national des plaies et cicatrisations, qui pourra s’appuyer sur 12 000 volontaires dans les six prochaines années.

"À terme, nous pourrons aussi mieux étudier tous les problèmes cardio-vasculaires et les affections respiratoires", ajoute le professeur. Nurstrial va devenir une nouvelle filiale du groupe CEN (2 millions d’euros de chiffre d’affaires), qui emploie une trentaine de personnes. Baptisée CEN Biotech, elle permettra de vendre des licences dans le monde entier. 

Didier Hugue

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle