L'Usine Aéro

Des drones Predator dans l'armée française?

Publié le

La France pourrait acheter des drones américains Predator. La DGA est entrée en relation avec son fabricant, General Atomics.

Des drones Predator dans l'armée française? © SIPA

Au moment où l'ONU critique l'utilisation des drones, l'armée française cherche à en acheter à un constructeur américain. Les militaires français disposent actuellement de trois drones, baptisés Harfang. Mais ce programme a toujours été prévu comme une solution temporaire, en attendant un nouveau modèle en développement chez EADS: le Talarion. Ce projet a pris beaucoup de retard, Dassault et Thales ont alors proposé un drone concurrent: le SDM.

Il y a un mois, la DGA a conclu qu'aucun des deux projets n'était réalisable dans des délais raisonnables. Les coûts de développement (1,3 milliards d'euros puor le Talarion) sont devenus un sérieux problème avec la réduction des budgets militaires. Une autre piste était en réflexion depuis plusieurs mois: acheter des drones Predator, déjà opérationnels et disponibles rapidement. Le ministre de la Défense Hervé Morin a donc demandé à la Direction générale de l'armement (DGA) de prendre contact avec le fabricant du Predator, General Atomics.

Patriotisme économique ou réalisme industriel?

Cette possibilité inquiète le député Bernard Carayon (UMP), cité sur le blog Zone militaire. "L’acquisition par la France d’équipements militaires étrangers, à l’instar du drone américain Predator, constituerait un signe extrêmement inquiétant pour tous ceux qui, élus comme industriels, sont attachés à garantir nos capacités de recherche."

Le député PS Jean-Claude Violet, cité par les Echos, va dans le même sens avec d'autres arguments. "Soit on achète des Predator pour faire la soudure avec les Harfang, et alors maintenir deux flottes parallèles de petite quantité coûtera cher. Soit on achète des Predator dans une optique de long terme, et alors on court le risque d'un abandon de souveraineté nationale et européenne."

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

05/06/2010 - 14h37 -

Et comme d'habitude, se sont les soldats Français en Afghanistan, qui faute d'une couverture aérienne de renseignement, se font tirer comme des lapins.Les Politique privilégient leur siège à la vie de nos soldats.
A bon entendeur....salut
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte