Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Des drones-abeilles pour dépolluer l’air des villes

,

Publié le

Misant à fond sur l’open innovation, Air Liquide a décidé de se faire souffler un courant d’air frais par des étudiants en design. Parmi les lauréats de son concours  "Respirer dans la ville", des drones-abeilles dépolluantes, des coussins filtreurs d’air intérieur, des arbres en béton absorbeurs de CO2 …  

Des drones-abeilles pour dépolluer l’air des villes

Dès qu'ils détectent une pollution trop élevée, les essaims de drones-abeilles s'envolent. Grâce à leurs petites ailes mécaniques montées sur un filtre à particules en forme d’abdomen, les abeilles sillonnent la ville. Leur mission ? Dépolluer puis rentrer tranquillement dans leurs ruches pour se nettoyer et se recharger.

 

Plus métaphorique que techniquement viable, cette invention imaginée par une jeune étudiante argentine de la Sustainable design school de Nice est l’un des projets couronnés par le concours de design d’Air Liquide.

D’autres apprentis designers italiens ont eux inventé un arbre en béton aspirateur de CO2 qui inscrit sa ligne harmonieuse et moderne dans le paysage urbain.

Autre exemple de projet couronné par l’école de design de Nantes : des coussins colorés et ludiques filtreurs d’air intérieur activés par le mouvement des enfants qui sautent dessus

 

Inventer le futur

Engagé dans un vaste mouvement d’open innovation, Air liquide, via son I-lab, a lancé il y a un an un concours auprès d’écoles de design sur l’un de ses thèmes de travail "Respirer dans la ville".

110 étudiants issus de 10 écoles de design ont répondu présent pour imaginer un produit, un service ou une application destinée à lutter directement ou indirectement contre la pollution de l’air intérieur ou extérieur. Les lauréats étaient dévoilés le 28 mai à la cité de la Mode et du design à Paris. Le but de cette démarche est d’ouvrir les portes et les fenêtres pour inspirer les équipes internes : "si  nous ne sommes pas ouverts, nous n’inventerons pas le futur. Et c’est avec la nouvelle génération que nous devons travailler pour l’imaginer"  a déclaré François Darchis membre du comité exécutif d’Air Liquide.

Ce n’est pas la première fois qu’Air Liquide implique la génération montante via un concours. L’an dernier le groupe avait fait plancher des étudiants d’écoles d’architecture sur une thématique plus industrielle, "Rock my plant".

Comment ces initiatives volontairement disruptives et déconnectés du business quotidien s’inscrivent-elles dans l’entreprise ? Selon Olivier Delabroy, vice-président en charge de la recherche et du développement d’Air liquide  "cela nous pousse à revoir les schémas classiques pour nous transformer. «Rock my plant» par exemple nous a amené à pousser deux pistes : la modularité des usines et leur intégration dans leur environnement". Qui sait ? Dans le futur,  Air liquide sera peut-être l’apiculteur bienveillant de nos villes.

 

Les autres lauréats sont à découvrir sur le site de l'i-Lab 

 

Anne-Sophie Bellaiche

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle