Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Des documents piratés pour contrer Cigéo, le projet d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure

, ,

Publié le

Vu sur le web Prestataire du projet Cigéo, le groupe d'ingénierie technique Ingérop aurait été victime d’un piratage, via un courriel envoyés à ses salariés, par un collectif d’opposants à ce gigantesque projet d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure, selon Le Monde et des médias allemands.

Des documents piratés pour contrer Cigéo, le projet d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure
Photo prise dans les galeries de tests du laboratoire souterrain de l'Andra à Bure pour Cigéo.
© Aurélie Barbaux

Un nouvel épisode dans le dossier Cigéo (Centre industriel de stockage géologique). Alors que le gouvernement a lancé fin septembre une consultation publique sur la gestion des matières et déchets radioactifs dans l’Hexagone, des documents "confidentiels, mais pas si sensibles", liés au fameux site d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure (Meuse), auraient été piratés en juin, selon une enquête du Monde et de médias allemands publiée le 1er novembre.

C’est un prestataire français du projet, le groupe d'ingénierie technique Ingérop, qui aurait été victime du piratage dans la nuit du 10 au 11 juin, via un courriel envoyés à ses 1 700 salariés. Signé d’un collectif opposé au projet baptisé « Les Monstres de Cigéo », ce mail aurait appelé les salariés à transmettre toutes les informations confidentielles à leur disposition à une adresse électronique prétendument sécurisée, dénonçant les conséquences environnementales du projet et menaçant de futures "actions diverses visant votre entreprise et les personnes impliquées dans le projet Cigéo". Dix jours plus tard, des documents auraient ainsi pu être mis en ligne par le collectif concernant Cigéo, mais aussi la centrale nucléaire de Fessenheim.

Un projet qui fait toujours débat

Les enquêtes menées notamment par la section du Parquet de Paris spécialisée sur la cybercriminalité en coopération avec l’Allemagne n’auraient toujours pas permis d’identifier les hackers n'ont toujours pas été identifiés, selon le journal.

Très critiqué, le projet Cigéo fait toujours l’objet d’une importante mobilisation de militants écologistes et d’habitants. Comme en témoigne l'évacuation du site du bois Lejuc à Bure (Meuse) par 500 gendarmes le 22 février dernier. Car bien qu’encadré par déjà trois lois (1991, 2006 et 2016), ce projet de stockage sous 500 mètres d’argile, à la frontière de la Meuse et de la Haute-Marne, des déchets nucléaires de moyenne et haute activité français, a été décidé en laissant, volontairement ou non, de côté des questions éthiques de fond. Et ce n’est pas un opposant écologiste antinucléaire qui le dit, mais le directeur de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), Pierre-Marie Abadie, chargé du projet...

<< Retrouvez notre grande enquête sur le sujet :


 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle