Des documents ministériels belges accablent encore Servier

L'information émane d'une enquête du Figaro, qui s'est procuré des documents du ministère belge de la Santé. Servier et Wyeth auraient menti aux autorités sur leur coupe-faim vedette, l'Isoméride.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Des documents ministériels belges accablent encore Servier

L'enquête du quotidien rappelle que des patients qui ont consommé cet anorexigène ou son frère aîné, le Ponderal, développent des atteintes cardiaques, les valvulopathies. Il indique le laboratoire a alors cherché à minimiser l'importance de cette information à la Food and Drug Administration (FDA) l'équivalent de notre Agence du médicament pour obtenir l'autorisation de commercialiser son coupe-faim. Sur les fiches transmises à la FDA, ces pathologies cardiaques sont en effet qualifiées de «non serious» (non graves) afin de ne pas éveiller l'attention des autorités sanitaires américaines.

Les dégâts, listés dans l'article, sont circonscrits dans le temps. Moins de deux ans après l'autorisation de mise sur le marché américain en effet, en septembre 1997, la FDA impose le retrait du médicament. Se déclenchent alors des recours en justice en nombre des patients sur le territoire américain. Reste qu'en France, "seules trois actions en justice ont été intentées par des victimes de l'Isoméride", souligne Le Figaro. Or entre 1985 et 1997, plus de 7 millions de Français en ont consommé. Le quotidien enfonce le clou : le Mediator (qui n'a jamais été commercialisé aux États-Unis) a été retiré du marché français en novembre 2009 pour valvulopathies. "En raison de sa parenté chimique avec l'Isoméride, le laboratoire aurait pu suspendre beaucoup plus tôt sa commercialisation".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS