Des désaccords persistent sur le plan de relance à la veille du Conseil européen

Publié le

par Gabriela Baczynska et Robin Emmott

Des désaccords persistent sur le plan de relance à la veille du Conseil européen
Les pays de l'Union européenne (UE) ne ménagent pas leurs efforts pour parvenir à un accord sur le budget pluriannuel et le plan de relance destiné à soutenir l'économie du bloc face à la crise du coronavirus, mais des blocages persistent à la veille du Conseil européen. /Photo prise le 8 juillet 2020/REUTERS/Ralph Orlowski
© Ralph Orlowski

VARSOVIE/BRUXELLES (Reuters) - Les pays de l'Union européenne (UE) ne ménagent pas leurs efforts pour parvenir à un accord sur le budget pluriannuel et le plan de relance destiné à soutenir l'économie du bloc face à la crise du coronavirus, mais des blocages persistent à la veille du Conseil européen.

Les dirigeants des 27 pays membres de l'UE vont se retrouver pour la première fois en face-à-face vendredi et samedi depuis la levée progressive du confinement mis en place au printemps pour enrayer la propagation du virus.

Ils doivent débattre de la proposition de la Commission européenne qui a proposé le 26 mai un budget pluriannuel commun qui serait porté à 1.100 milliards d'euros sur sept ans, en complément d'un fonds de relance doté de 750 milliards d'euros pour faire face à la crise sanitaire.

Les Vingt-Sept peinent cependant à se mettre d'accord et des divergences sont apparues entre d'un côté Paris, Berlin ou Rome qui sont favorables à l'idée de simples transferts budgétaires aux Etats les plus touchés, et, de l'autre, les Etats dits "frugaux" - Autriche, Pays-Bas, Danemark et Suède - qui préfèrent l'option de prêts remboursables.

"Logiquement parlant, un accord est possible, mais les sommets ne sont pas toujours logiques", a déclaré un diplomate européen de haut niveau en amont des discussions au Conseil européen.

"La seule chose que les frugaux n'ont pas totalement acceptée, c'est la répartition des subventions et des prêts (...) ils veulent réduire les montants, tout en insistant sur les questions de gouvernance, de remboursement et d'équilibre global."

Le président du Conseil européen, Charles Michel, qui présidera le sommet, a présenté la semaine dernière une série de concessions à même d'apaiser les inquiétudes du camp des frugaux, avec notamment un budget 2021-2027 moins important que prévu.

La chancelière allemande Angela Merkel a cependant déclaré lundi ne pas être en mesure de garantir que les Etats membres de l'Union parviendront à un accord sur le fonds de relance européen.

La France de son côté juge "possible" de parvenir à un accord, selon une source à Elysée.

"C'est possible d'avoir un accord ce week-end et c'est souhaitable. Il faut partir dans cet objectif et en tout état de cause avoir un accord rapide, c'est-à-dire d'ici la fin de l'été", a déclaré la source.

(Avec Elizabeth Pineau à Paris et Andreas Rinke; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte