Des cobots pour gagner en flexibilité et en efficacité

La société Universal Robots commercialise des robots collaboratifs (ou cobots) pour l'industrie chimique. Ces systèmes aident à optimiser la production et à mieux maîtriser des procédés. Ce qui permet aux salariés d'apporter leurs compétences sur des tâches à plus haute valeur ajoutée.

Partager
Des cobots pour gagner en flexibilité et en efficacité

« Le plus gros frein à la démocratisation de la cobotique, c'est la méconnaissance de ce domaine par l'industrie ». Tel est le constat dressé par Adrien Poinssot, directeur commercial France d'Universal Robots. Cette société danoise créée en 2005 est spécialisée dans la conception et la fabrication de cobots industriels. Si l'application de ces systèmes robotisés semble évidente dans l'industrie manufacturière et automobile, leur usage dans l'industrie chimique l'est beaucoup moins. Et pourtant, les cobots peuvent trouver leur place au sein d'une usine chimique, comme le décrit Adrien Poinssot : « Ce type de dispositif peut être utilisé pour les tâches répétitives ou à faible valeur ajoutée, comme la manutention, le chargement de palettes ou encore le dépôt de matière en vue d'essais ».

Une solution adaptée à tout type d'entreprise

Ces technologies permettent d'assister les opérateurs sur certaines opérations dangereuses ou encore de garantir une meilleure homogénéité et la qualité d'une production. « Nos cobots conviennent à toutes les tailles d'entreprises, que ce soient de grands groupes, des PME ou des start-up. D'un investissement compris entre 20 000 et 100 000 E, ces technologies offrent généralement un retour sur investissement de moins d'un an », affirme Adrien Poinssot.

Disponibles en quatre modèles différents (UR3, UR5, UR10 et UR16), les cobots d'Universal Robots sont d'ores et déjà déployés chez certains acteurs de la chimie ou de la pharmacie. Par exemple, la société a collaboré avec le groupe HelioScreen, laboratoire expert des protections solaires. Pour ce projet, les cobots ont été installés pour un banc d'essais, comme l'explique Adrien Poinssot : « Notre robot devait servir à reproduire l'étalement d'une crème solaire sur une surface afin d'analyser des propriétés de différents échantillons. Notre cobot UR a permis ainsi d'avoir des étalements reproductibles, conférant une meilleure robustesse des tests et des résultats ». Le principe du cobot utilisé pour cette réalisation pourrait très bien être décliné pour d'autres applications industrielles, comme dans les peintures ou le traitement de surface. Voyons un autre exemple d'application dans la plasturgie. Universal Robots a déployé un de ses robots collaboratifs chez plusieurs industriels pour différentes tâches : manipulation de pièces après injection, assemblage, surmoulage, etc. « Nous avons couplé notre cobot à un robot cartésien dans le cadre d'un partenariat avec le groupe Sepro. Ce qui nous permet d'offrir une solution d'automatisation complète pour l'injection plastique », indique Adrien Poinssot. Enfin, une autre collaboration d'envergure d'Universal Robots a été nouée avec le géant de la chimie pharmaceutique Sanofi. L'entreprise danoise a installé sept modèles UR10 sur une ligne de conditionnement sur le site de production de Tours du groupe pharmaceutique. Disposés en fin de ligne, ces cobots fluidifient grandement l'opération de chargement/déchargement de palettes, et ce, en toute sécurité.

Si les cobots d'Universal Robots sont déjà largement utilisés, cela n'empêche pas l'entreprise de continuer à repousser de nouvelles limites à l'automatisation, comme le décrit Adrien Poinssot : « Nous souhaitons aller plus loin avec des solutions capables de gérer des pièces en vrac ou encore utilisant la symbiose entre le cobot et un robot mobile autonome (AIV). Il aiderait à gagner en flexibilité en étant capable d'effectuer différentes tâches selon son emplacement dans l'atelier ». Dans le contexte de la digitalisation, Universal Robots est persuadé que la cobotique va aider à la réindustrialisation de certains sites et sera même un atout de compétitivité dans le futur. Le tout étant de le faire savoir au plus grand nombre. « Il est important de garder à l'esprit que les cobots sont là pour assister l'homme et non pour le remplacer », conclut Adrien Poinssot. ?

Sujets associés

NEWSLETTER Chimie

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé d'Affaires Conformité Machines (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Foy la Grande

Remplacement du système sécurité incendie du collège Elie Faure

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS