Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Des chercheurs suspectent un insecticide de provoquer des microcéphalies, innocentant Zika

Marine Protais ,

Publié le

Selon des médecins argentins et brésiliens, le lien entre Zika et microcéphalie n'est pas avéré. Ils mettent en cause le pyriproxyfène, un insecticide fabriqué par un partenaire de Monsanto.


Opération de prévention au Brésil - Crédits: CC

Et si l'épidémie Zika cachait un scandale sanitaire ? Un rapport, conduit par le Dr Avila Vazquez, un pédiatre argentin, avance qu'un insecticide serait à l'origine de microcéphalies chez le nouveau-né, rapporte Paris Match. Pour les médecins, le virus Zika n'est pas en cause. Thèse pourtant défendue par le ministère de la Santé brésilien depuis le début de l'épidémie.

Le pyriproxyfène empêche la reproduction des moustiques, en inhibant le développement de la larve. Il est fabriqué par Sumitomo Chemical, un chimiste japonais, partenaire de Monsanto. "Cet insecticide est utilisé au Brésil depuis 2014, affirme le rapport. Il est directement déversé dans les réservoirs d'eau potable. (…) Les zones où il y a le plus de cas de microcéphalies correspondent aux zones où des larvicides sont utilisés depuis 18 mois. En 2015, 4 000 enfants sont nés avec des malformations au Pernambouc, au nord-est du pays. Le pyriproxyfène est diffusé massivement dans cet état où la prolifération du moustique Aedes, vecteur de Zika et de la Dengue, est importante."

"L'OMS autorise ce poison qui inhibe le développement des moustiques, provoquant des malformations, et parfois la mort(…). [Les autorités] font semblant d'ignorer que 60% de nos gènes sont similaires à celles des moustiques de type Aedes." Les scientifiques demandent qu'une étude épidémiologique soit conduite.

Des réponses de l'OMS d'ici 4 à 8 semaines

Zika ne serait pas en cause. Les médecins rapportent que "sur 404 microcéphalies au Brésil, seulement 17 (4,2 %) étaient positifs au virus Zika".

Autre argument avancé par les chercheurs : "Les autres épidémies de Zika n'avaient pas provoqué de cas de microcéphalie, même lorsque 75% de la population était infectée." Par ailleurs, selon l'Institut Pasteur, le virus a peu muté depuis l'épidémie de Polynésie en 2013-2014.

Toutefois, d'autres rapports scientifiques démontrent qu'il existe, au contraire, un lien entre Zika et microcéphalie. Par exemple, une étude conduite par des médecins slovènes et publiée dans The New England Journal of Medicine montre la présence du virus  dans les tissus cérébraux du fœtus d'une femme rentrée en 2014 du Brésil, où elle avait été contaminée. "Les dommages qui en ont résulté pourraient avoir arrêté le développement du cortex cérébral à l'âge embryonnaire de 20 semaines", ajoutent les chercheurs, reconnaissant toutefois que le mécanisme impliqué "n'est pas clair pour l'instant".

Vendredi 12 février, l'OMS a annoncé qu'elle devrait savoir d'ici 4 à 8 semaines si le virus Zika cause des microcéphalies et le syndrome Guillain-Barré.

Marine Protais

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

17/02/2016 - 16h02 -

Monsanto souhaite répondre aux allégations diffusées depuis vendredi dans les médias sur un potentiel lien entre Monsanto, Zika et la microcéphalie ; il s’agit là d’une rumeur infondée voire de la désinformation.
Voici quelques faits concrets et étayés :

- Ni Monsanto ni ses produits commercialisés n’ont un lien avec le virus Zika ou la microcéphalie ;

- Monsanto ne fabrique ni ne vend de pyriproxyfène ;

- Monsanto ne possède pas la société Sumitomo; il ne s’agit aucunement d’une filiale. Sumitomo est un partenaire de Monsanto parmi d’autres dans le domaine de la protection des cultures.

- Le glyphosate n’est aucunement lié au virus Zika ou à la microcéphalie.

- Les OGM ne jouent également aucun rôle dans le virus Zika ou la microcéphalie.

Le virus Zika est un phénomène tragique pouvant avoir de graves conséquences pour la santé humaine. En tant que compagnie engagée dans la recherche scientifique afin de répondre à certains des plus grands défis de l’agriculture de demain, Monsanto supporte tous les efforts pour lutter contre cette crise sanitaire. Nous espérons que tous ces efforts s’appuieront sur des faits, pas sur des rumeurs.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle