Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Des Chantiers de l'Atlantique à Aker Yards SA

Publié le

Avec deux mois de retard, Alstom Marine, qui regroupe les chantiers de Saint-Nazaire et de Lorient, passe sous la tutelle norvégienne d'Aker Yards.

Ce sera le 31 mai que le groupe norvégien Aker Yards va prendre le contrôle à 75 %, des Chantiers de l'Atlantique. Cet accord, annoncé le 4 janvier, avait été repoussé deux fois. L'entreprise, qui conservera tous les 3 140 salariés de Saint-Nazaire et de Lorient, prendra le nom d'Aker Yards SA. Un symbole. Sa filiale Alstom Leroux naval (ALN) s'appellera Aker Yards Lorient SAS. Les noms d'Aker Yards France, Aker Yards Saint-Nazaire et Aker Yards Lorient seront utilisés pour les besoins commerciaux. De l'entité Chantiers de l'Atlantique ne demeure plus que l'activité méthanier (trois navires à finir pour Gaz de France). Celle-ci, qui a occasionné de lourdes pertes, n'est pas reprise.

Le norvégien Karl Erik Kjelstad, 39 ans, P-DG d'Aker Yards devient président de l'entité française. Initiateur de l'accord, Patrick Boissier, P-DG des Chantiers de l'Atlantique depuis 1997, va devenir administrateur d'Aker Yards SA, comme représentant d'Alstom. Il présidera aussi l'activité méthaniers.

Une hausse des commandes

Dès le 1er juin, Jacques Hardelay, directeur des opérations, deviendra directeur général. Il rendra compte au finlandais Yrjo Julin, président de la branche Cruise & Ferries d'Aker Yards (cinq chantiers en Finlande et en France).

Comme prévu, Alstom recevra 50 millions d'euros d'Aker pour 75 % des parts, plus un supplément éventuel de 125 millions en 2010. De son côté, Alstom doit refinancer le chantier à hauteur de 350 millions d'euros. Sur le dernier exercice, Al- stom Marine a annoncé une perte opérationnelle de 15 millions d'euros (104 millions l'exercice précédent) pour un chiffre d'affaires de 439 millions (- 28%). Le carnet de commandes - près de 2 milliards d'euros, surtout des paquebots - est en hausse de 54 %. « Les Chantiers redeviennent profitables », juge Patrick Boissier qui anticipe des ouvertures dans le militaire : « La coque du futur porte-avion français ne peut être fabriquée ailleurs qu'ici. »

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle