Des brosses à dents "made in France" et livrées à domicile

Sauvée en décembre 2012 par un trio d’industriels, La Brosserie Française est l’héritière d’un savoir-faire vieux de 170 ans. Aujourd’hui, la PME de Beauvais, dans l’Oise, tente de distinguer sa marque Bioseptyl des majors de la brosse à dent à grand coup d’innovations et de services.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Des brosses à dents
Olivier Remoissonnet (à gauche) et Olivier Voisin, deux des trois repreneurs de l'entreprise.

A la tête de La Brosserie Française, Olivier Remoissonnet compte bien se faire une place dans le marché des brosses à dents. Dans un marché "extrêmement concurrentiel", il sait qu’il doit se démarquer et donc innover.

"Acheter sa brosse à dents sur internet, ce n’est pas un réflexe pour tout le monde", reconnaît le chef d’entreprise. C’est pourtant entre 3 000 et 4 000 brosses à dents qui sont envoyées chaque mois directement dans les boîtes aux lettres des clients.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Il est recommandé de changer sa brosse à dents tous les deux à trois mois. Nous avons donc créé un mode d’abonnement qui permet de recevoir une nouvelle brosse dès qu’il faut la changer", explique Olivier Remoissonnet.

Une entreprise jeune, basée sur une expérience reconnue

La Brosserie Française se trouve à Beauvais, dans l’Oise. Cette PME n’a que trois ans, mais son histoire a débuté deux siècles plus tôt, en 1845. Alphonse Dupont crée sa fabrique de brosse à dents qui connaîtra le succès et emploiera jusqu’à 500 employés dans ses belles années.Tout bascule lorsque DuoPole achète la société en 2005 avant de se retrouver en difficultés financières avec pour seule solution la liquidation en 2012.

Olivier Remoissonnet, alors directeur industriel du site de Beauvais, s’associe à Olivier Voisin et Xavier Bougle afin de reprendre 28 employés et créer La Brosserie Française. "Nous avons repris l’entreprise avant tout pour sauver un savoir-faire", souligne Olivier Voisin.

En tant que dernier brossier de France, l’accent a été mis sur une fabrication 100% française. "Nous sommes made in France dans nos cœurs, mais également dans nos actes", assure Olivier Voisin, également patron de Natta qui fabrique les manches des brosses à dents. Le trio s’est alors heurté à une première difficulté.

Durant l’ère DuoPole, une partie de la production avait été délocalisée en Chine. "Nous avons rapatrié les moules, qui nous appartenaient à la suite du rachat de l’entreprise." Premier écueil. "Pour les asiatiques, une machine installée sur leur territoire leur appartient pour moitié", s’étonne-t-il encore. Une démarche coûteuse mais essentielle à la crédibilité de la marque. "Nous ne pouvions pas laisser des produits identiques aux nôtres provenir d’Asie", explique Olivier Voisin. "Cela ne pouvait pas aller avec notre démarche de made in France."

Des brosses à dents reconnus dispositifs médicaux

Après la reprise en main de l’entreprise, Olivier Remoissonnet et Olivier Voisin ont voulu se différencier. En plus du 100% made in France, un ensemble de mesures écoresponsables ont été prises. L’éclairage, le chauffage, l’alimentation des machines, tout a été revu et corrigé pour rentrer dans une démarche écologique. "Les luminaires ont été remplacés par des LED, le compresseur qui alimente les machines en air comprimé se règle afin de fournir la quantité nécessaire, et la chaleur du moteur qui l’alimente permet de chauffer l’usine en hiver et limiter le chauffage au gaz", détaille Olivier Remoissonnet.

Les repreneurs ont souhaité obtenir la certification ISO 13485. Cette norme s’applique d’ordinaire aux dispositifs médicaux. "Cette norme nous semblait indispensable selon nos critères", affirme le patron. Cette mesure permet à la société d’afficher une qualité d’hygiène supérieure aux normes en vigueur pour les fabricants de brosses à dents.

Un système de vente en ligne innovant

Dans sa démarche de réduction des coûts, les dirigeants ont développé le circuit court. "C’est un concept que l’on voit beaucoup dans l’alimentaire", reconnaît Olivier Remoissonet. "Mais cela fonctionne de la même manière." Les brosses à dents sont directement envoyées chez les utilisateurs. Ce mode de distribution fonctionne d’autant mieux que depuis juin 2014, La Brosserie Française a lancé son site internet et un système d’abonnement.

"Il est recommandé de changer sa brosse à dents tous les deux à trois mois", rappelle le chef d’entreprise. "En s’abonnant, nos clients choisissent la délai de remplacement et le modèle de brosse à dents. Et ils la reçoivent chez eux lorsqu’il faut la changer."

En suivant leur démarche écologique, l’équipe a récemment mis en place une option de retour. "S’ils le souhaitent, les clients peuvent recevoir une enveloppe où ils déposeront leur brosse à dents usagée." Et à la grande surprise des dirigeants, ils reçoivent de nombreuses brosses à dents. "Elles sont ensuite broyées et recyclées pour fabriquer des protèges-têtes", explique Olivier Voisin, à la tête de l’usine Natta, qui produit la partie manche des brosses.

La brosse à dents bio

Le nouvel objectif de La Brosserie Française, c’est d’imposer sur le marché une gamme de produit bio. Composée de 80% de bioplastique, La Belle Brosse, sera bientôt disponible dans les enseignes de magasin bio. "Le manche est constitué d’amidon de maïs", indique Olivier Remoissonnet. "La composition exacte des filaments ne peut pas être divulguée parce qu’elle a été breveté, mais ils ont été certifiés d’origine naturelle." En plus de la brosse, La Brosserie Française a lancé un dentifrice, lui aussi produit en France, composé de 99,8% de produit d’origine naturelle.

En juin 2016, un nouveau modèle rejoindra la gamme Bioseptyl, une brosse à dent qui restera entre deux et trois ans près de votre lavabo : une brosse à tête interchangeable. "Les clients pourront acheter un manche de qualité et n’auront plus que leur tête à changer", assure le directeur du site. "Sur les 20 grammes de la brosse à dents, il n’y en aura plus que 4 qui seront jetés." Et avec la nouelle machine à graver. Il est désormais possible de faire inscrire un prénom, un surnom ou un mot doux sur sa brosse à dents. L’occasion pour Olivier Remoissonnet de nous confier que "certaines gravures ont beaucoup fait rire les préparateurs de commandes".

Pierre Monnier

Une méthode entièrement automatisée
Dans l’usine de Beauvais, qui produit 8 millions de brosses à dents par an, l’opération consiste à empoiler : mettre les filaments de nylon sur le manche de la brosse. La tête d’une brosse à dents comprend une trentaine de trous. Dans chacun de ces trous, des filaments de nylon sont introduits et fixés par une attache en alliage. "L’attache est légèrement plus grosse que le trou afin de garantir le maintien des filaments sur la brosse", indique Olivier Remoissonnet.
Grâce à l’automatisation de l’empoilage, 800 trous sont remplis en une minute. Au total, une brosse à dent possède entre 800 et 1 200 filaments.
Une fois fixés, les filaments sont profilés suivant le modèle de brosse désiré. Deux couteaux passent sur les filaments à une hauteur spécifique. "Le profilage et le diamètre des filaments définissent la catégorie de la brosse", explique le chef d’entreprise.
Les filaments d’une brosse à dents souple seront plus longs et plus fins que ceux d’une brosse à dents medium ou dure.
"Pour ne pas créer une sensation désagréable lors de l’utilisation, l’extrémité des filaments est arrondie", ajoute Olivier Remoissonnet. Les brosses passent au-dessus de quatre brosses rotatives.
Après cette dernière étape, la brosse à dents est terminée. Ne reste plus qu’à contrôler leur conformité. "Nous attachons une grande importance à ce qu’une brosse à dent corresponde bien à sa catégorie", insiste le directeur du site.
Chaque type de brosse doit rentrer dans des tolérances. Dans une salle spécifique, la résistance des filaments, leur dureté et leur profil sont surveillés. Les brosses sont ensuite stockées dans le local dédié à la logistique.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS