Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Des B’Twin moins chers à Lille qu’en Chine

, , ,

Publié le

Diaporama B'Twin inaugure, sur 18 hectares, le plus grand des villages de marque du groupe. Une machine de guerre : le site est capable de sortir un vélo toutes les 60 secondes à un prix de revient plus compétitif que celui de l’usine chinoise de Suzhou.

Des B’Twin moins chers à Lille qu’en Chine

Ce jeudi 18 novembre 2010 à Lille (Nord), Oxylane inaugure son B’Twin Village construit à l’emplacement de l’ancienne usine d’Altadis fermée en 2005. C’est le plus grand des villages de marque du groupe et le seul à intégrer une activité industrielle.

Entièrement consacré au vélo sous toutes ses formes, ce village rassemble sur 18 hectares un magasin de 3 000 m² avec showroom, 20 000 m² de pistes dédiées à la pratique de ce sport, une école des métiers du vélo, un atelier de réparation, un entrepôt de stockage, un laboratoire de R&D, un atelier de prototypage industriel et une usine d’assemblage avec son atelier de peinture.

Les Ateliers Mknix de Lille, nom donné à cette usine, s’étend sur 11 500 m² en comptant les bureaux. Ils sont capables de sortir un vélo toutes les 60 secondes à un prix de revient plus compétitif que celui de l’usine chinoise de Suzhou qui livrent ses B’Twin aux 25 magasins Decathlon implantés en Chine.

A Lille, chaque B’Twin est composé de l’assemblage d’une centaine de composants fabriqués à l’extérieur, partout dans le monde. Sur chaque ligne de montage, les opérateurs réalisent environ 150 opérations différentes. « Nous avons lancé la première en mai et la seconde en novembre. Une troisième est prévue début 2011. Nous aurons alors la capacité de sortir 300 000 vélos par an », souligne Jérôme Ribadeau, directeur de l’usine lilloise (lire l’entretien ci-dessous).

Fin 2010, les Ateliers Mknix de Lille auront produit 36 000 vélos. Dès qu’un de ses vélos est vendu en magasin, l’usine le lance en fabrication. Entre la vente d’un vélo et l’arrivée de son « remplaçant » en rayon, il ne s’écoule qu’un jour et demi. A terme, une seule journée suffira.

B’Twin vend plus de 2,4 millions de vélos dans le monde chaque année. Les Ateliers Mknix de Lille fabriqueront tous ceux des magasins situés à 3 heures de route. Dès lors que le modèle expérimenté à Lille sera totalement opérationnel, il sera dupliqué partout ailleurs dans le monde, en propre ou chez des sous-traitants.

Fin 2010, les Ateliers Mécaniques de Lille emploieront 90 salariés en CDI. Ils seront 150 d’ici 2014, quand les lignes de montage fonctionneront à pleine capacité. Au total, le Village B’Twin compte déjà 300 collaborateurs. Ils devraient être 500 d’ici trois à quatre ans. Le Village aura alors réussi à créer 200 emplois.

De notre correspondante, Geneviève Hermann


Entretien avec Jérôme Ribadeau, le directeur de l’usine du B’Twin Village (Ateliers Mknix de Lille)


« Une usine très compétitive »

Comment votre usine peut-elle être si compétitive ?
Nous avons fait la chasse aux stocks et aux temps perdus en nous inspirant de ce qui se fait dans l’industrie automobile, en reprenant notamment les principes du Lean Manufacturing. Nous avons d’abord appliqué nos solutions en Chine, dans notre usine de Suzhou qui se trouve 85 kilomètres à l’ouest de Shanghai. Mais là-bas, nous n’avons pas réussi à réduire à moins de 7 jours les temps de livraison.
Ici, nous en sommes à un jour et demi et visons la journée. En France, les contraintes sont bien plus fortes qu’en Chine. Tout coûte plus cher. Cela oblige à travailler le modèle en profondeur et à atteindre l’excellence.

Quel est ce modèle ?
L’usine comporte un entrepôt de stockage des composants, un atelier de peinture, une unité d’assemblage des roues et des lignes de montage où sont assemblés les vélos à partir du cadre nu. L’atelier de peinture passe d’une couleur à une autre en seulement 30 secondes.
Il faut 15 minutes pour assembler un vélo. Nous les montons à l’unité en flux tiré à partir de 1 300 références de composants. Il y a en moyenne 90 composants différents par vélos. Nous avons réduit au maximum nos stocks intermédiaires. Toutes les pièces et les composants sont amenés aux postes de travail au fur et à mesure de leurs besoins.
En sortie de ligne, rangés par trois sur des rolls de livraison qui partent tels quels en magasin, les vélos sont prêts à vendre. Il n’y a plus de cartons à déballer ni de réglage à faire.
Rien qu’en magasin, nous gagnons 15 minutes par vélo. Et il n’y a aucun stock de vélos finis à l’usine. Nous traitons les défauts à la source. N’importe quel équipier peut arrêter la ligne dès qu’il voit un défaut.

Qu’en est-il de la flexibilité de cette usine ?
Rien n’est fixé au sol. Conçues et fabriquées par nos soins, nos lignes de montage s’installent en une seule journée et se déménagent à volonté. Elles s’adaptent à la saisonnalité et aux changements de consommation.
A Noël, par exemple, nous vendons davantage de vélos d’enfants que pendant le reste de l’année. Leurs vélos ne comportent pas de dérailleur. Adapter une de nos lignes de montage en conséquence nous prend très peu de temps.

Vous êtes donc bien moins cher que les usines chinoises ?
Oui, tant que perdure la taxe anti-dumping de 48,6 % régulant les importations de Chine en provenance de l’Europe. Cette taxe devrait prendre fin en juillet 2011.
Nous avons déposé une plainte à la Commission européenne et un audit est en cours sur le sujet. Si cette taxe disparait, nous ne pourrons pas dupliquer cette usine ailleurs en Europe.

G.H. 

A lire également :
" Yves Claude ouvre ce soir à Lille la première usine de Décathlon en France "

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

18/11/2010 - 14h06 -

Voilà un exemple du génie européen qui risque d'être battu en brèche par une main d'œuvre à base d'esclaves chinois....
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle