Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Des avions de ligne autonomes ? Ça sera bientôt possible selon Boeing

Pierre Monnier , ,

Publié le

Vu sur le web Lors d'une conférence en amont du salon aéronautique du Bourget, Boeing a dévoilé son intention de travailler sur le pilotage autonome des avions. L'avionneur américain étudie d'ores et déjà des algorithmes et compte introduire de l'intelligence artificielle dans les cockpits dès l'an prochain.

Des avions de ligne autonomes ? Ça sera bientôt possible selon Boeing
Pour Mike Sinnett, l'avion autonome est possible.
© Stuart Isset / Bloomberg / Getty Images

Les entreprises citées

Le constat de Mike Sinnett paraît fou, mais semble parfaitement sensé au vu de ses déclarations parues dans CNBC. Le vice-président du développement produit de Boeing fait du pilotage autonome des avions son défi. Pour lui, "les éléments de base de la technologie sont parfaitement disponibles", à l'heure où des drones autonomes se vendent pour moins de 1 000 dollars.

Et si ce défi n'était pas si insurmontable que cela ? Après tout, un avion est déjà capable de gérer seul le décollage, la croisière et l'atterrissage grâce à leur ordinateur de vol. Cet été, les travaux sur des algorithmes en cours de réalisation seront testés dans des simulateurs de vol. L'année prochaine, ce sera dans un cockpit bien réel que Boeing intégrera "une certaine intelligence artificielle qui prendra des décisions qu'un pilote aurait prises", indique Mike Sinnett.

Un problème de réglementation

Ce qui pourrait faire échouer le projet, c'est qu'un avion autonome devra remplir les impératifs de sécurité du trafic aérien. Le vice-président du développement produit l'avoue : "Je n'ai aucune idée de comment nous allons faire ça, mais nous l'étudions actuellement." Autre point noir au tableau, l'exigence de Boeing. Pour l'avionneur, un avion autonome doit être capable de réaliser "le miracle de l'Hudson".

En 2009, le capitaine Chesley Sullenberger avait heurté un troupeau d'oies juste après son décollage depuis New York. Pour éviter le crash, il avait fait atterrir son avion dans l'Hudson River. Aucun des 150 passagers n'avaient été blessés. Mike Sinnett est catégorique : "Si [l'avion autonome] ne peut pas réaliser cet exploit, alors nous ne pouvons pas le faire."

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

11/06/2017 - 08h23 -

La technologie c'est bien, elle doit aider mais il faut arrêter de supprimer du travail pour gagner quelque centimes ou euros sur chaque passager et surtout faire confiance aux équipages ce qui rassurent les passagers alors que des machines n'ont pas d'états d'âmes.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle