Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Des anomalies, voire des falsifications, dans l’usine Areva du Creusot

Ludovic Dupin , ,

Publié le , mis à jour le 04/05/2016 À 10H46

Un nouvel écueil pour Areva. Un audit sur l’outil de production révèle que la forge du Creusot présenterait plusieurs anomalies touchant la production de pièces pour les îlots nucléaires. D'après Ségolène Royal, les résultats de l'enquête montreraient que les premières pièces testées sont "conformes" mais que "ce sont les documents qui ont été mal faits." 

Des anomalies, voire des falsifications, dans l’usine Areva du Creusot

Vendredi 29 avril, Areva dans un court communiqué rendait publique une information potentiellement dévastatrice pour la filière nucléaire tricolore. "L'audit qualité des sites de fabrication d’équipements d’Areva lancé fin 2015 se poursuit. Concernant l’usine du Creusot (Saône-et-Loire), il a permis à ce stade de mettre en évidence des anomalies, en cours de caractérisation, dans le suivi des fabrications", peut-on lire. Un coup dur pour cette usine pointée du doigt depuis la découverte de graves malfaçons sur le couvercle et le fond de la cuve de l’EPR en construction à Flamanville (Manche).

L’anomalie ne serait donc pas un cas isolé pour cette usine qui fabrique des équipements d’îlots nucléaires à partir de lingots d’acier. Selon Areva, "ces anomalies relèvent d’actions du passé. L’organisation et les modes de fonctionnement actuellement en vigueur au Creusot ne permettent plus aujourd’hui ce type d’anomalies". L’origine des problèmes proviendrait d’avant l’acquisition de la forge par Areva en 2006, assure-t-on en interne. Depuis 2010, la situation s’est améliorée, révèle l’audit. Auparavant, plusieurs pièces produites présenteraient des écarts en matière de résistance ou de contrôle.

Une usine bientôt chez EDF

Il est trop tôt pour parler de problème de sûreté, assure-t-on. Le résultat exhaustif de l’audit sera rendu le 31 mai prochain. Pour l’heure, le principal incident porte sur la cuve de l’EPR, qui présente des concentrations anormales de carbone interrogeant sur la résistance de la pièce qui abrite la réaction de fission. Mi-avril, EDF et Areva révélaient même que la malfaçon est plus grave qu’attendue. Les deux entreprises vont devoir en conséquence allonger leur programme de tests.

En visite dans l’Usine saône-et-loirienne ce lundi 2 mai, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron – qui semble avoir pris en charge les dossiers nucléaires –, appelait une fois de plus à la refonte de la filière nucléaire française. L’usine du Creusot est concernée en première ligne car, fin 2016, elle passera dans le giron d’EDF qui acquiert la branche Areva NP en charge de la construction et de la maintenance des réacteurs nucléaires.

"Les premiers résultats sont bons"

Ce mercredi 4 mai sur RTL, Ségolène Royal a indiqué avoir demandé "des explications à Areva". La ministre de l'Ecologie est restée prudente sur les anomalies détectées : "On ne peut pas affoler avant de connaitre les résultats. Il s'agit de pièces très anciennes (...) N'anticipons pas et maîtrisons le processus. Il faut faire preuve de beaucoup de maîtrise et de sang-froid. L'Autorité de sûreté nucléaire a raison d'être très exigeante", a-t-elle assuré.

L'enquête devrait aboutir "dans 15 jours" et "je peux vous dire, sans anticiper, que les premiers résultats sont bons. Les pièces sont conformes et ce sont les documents qui ont été mal faits. Ce ne sont que les premiers résultats, donc je ne vous dis pas que tous les contrôles sont positifs, mais les premiers contrôles sont positifs".

Ludovic Dupin, avec Julien Bonnet

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

09/05/2016 - 18h56 -

Le souci d'une communication politique accélérée mettant en avant des résultats partiels pour rassurer les clients d'Areva NP et assurer la campagne de 2017, entre en conflit frontal avec celui d'une analyse statistique approfondie. Comment peut-on donner des résultats partiels d'une étude statistique en cours portant sur la teneur en carbone et caractérisation mécanique d'un lot de 1200 échantillons prélevés sur les 3/4 de l'épaisseur des pièces forgées *? Pourquoi ne donne-t-on pas la parole aux personnes compétentes dans le domaine -ASN, IRSN- plutôt que d'interviewer des responsables politiques aux propos biaisés par des échéances électorales? L'ASN "rappelle toutefois qu’on ne peut pas exclure que l’instruction conduise à ne pas accepter le couvercle et le fond de cuve".** * "La malfaçon sur la cuve de l’EPR de Flamanville pourrait être plus grave qu’imaginée", UdE, 14/04/2016 ** "Areva est autorisé à lancer sa phase de tests sur la cuve de l’EPR de Flamanville", UdE, 17/12/2015
Répondre au commentaire

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus