Derrière la montée de l'Etat au capital de Renault, l'ombre de l'Alliance

La montée en puissance de l’Alliance Renault-Nissan pose la question de l’équilibre entre les deux constructeurs.

Partager
Derrière la montée de l'Etat au capital de Renault, l'ombre de l'Alliance

La volonté de l’Etat de posséder quelque 20% du capital de Renault et de pouvoir faire valoir des droits de vote double lui donnant une minorité de blocage renvoie à la montée en puissance de l’Alliance ces derniers mois. C'est en tout cas ce que croient certains chez le constructeur français. La mise en place des droits de vote double pose surtout la question de la place de Nissan dans l’actionnariat du français et de l’équilibre au sein de l’Alliance Renault-Nissan.

Un équilibre

C'est cet argument de l’équilibre qu'ont avancé le conseil d’administration de Renault et le Pdg Carlos Ghosn pour demander jeudi 16 avril, à l’issue d’un conseil d’administration extraordinaire, de "veiller à la pérennité et à l’équilibre de l’Alliance". "Le conseil d’administration demande également que l’équilibre entre les deux principaux actionnaires de Renault soit maintenu lors de la prochaine assemblée générale ou restauré après celle-ci", affirme le conseil d’administration de Renault dans un communiqué.

Objectif : troisième constructeur mondial

L’équilibre entre Renault et Nissan est la mission première de Carlos Ghosn depuis quinze ans. Formée en 1999, lors du rachat du japonais par le français, l'Alliance ne fut longtemps qu’une coquille vide, basée aux Pays-Bas. Les états-majors de Renault et Nissan collaboraient, mais les liens étaient surtout financiers. Renault possède 44% de Nissan, Nissan 15% de Renault. Depuis l’année dernière, Carlos Ghosn donne une dimension nouvelle à l’Alliance. Quatre directeurs communs gèrent, désormais, l’ingénierie, les ressources humaines, les usines et les achats, avec un pouvoir hiérarchique sur les équipes françaises et japonaises. De plus en plus de managers et d’ingénieurs ne sont plus attachés à l’un des deux constructeurs et relèvent de l’Alliance. "Je suis motivé pour faire de l’Alliance le troisième constructeur mondial, que l’Alliance soit une réussite de l’industrie automobile", a rappelé Carlos Ghosn le 19 janvier, devant l’American-European Pressclub à Paris.

Des synergies concrètes

Cette évolution répond à une accélération concrète des synergies sur le terrain. Après avoir appris à se connaître, les deux partenaires multiplient les codéveloppements, des moteurs communs aux plateformes modulaires, pour répondre aux coûts toujours plus importants des nouveaux programmes de véhicules. "Cette nouvelle structure assure aussi de ne pas avoir un retour en arrière, car tous les domaines seront fortement liés, souligne Georges Dieng, analyste senior chez Natixis Securities. Cela prépare aussi l’après-Ghosn." La question de la fusion pure et simple, sous-jacente, est posée par les investisseurs et les marchés financiers, soucieux de simplicité face à un attelage industriel original. Jusqu’ici, elle a été écartée pour préserver les identités de chaque partenaire.

Nissan, locomotive de l’Alliance

Si elle avait lieu maintenant, elle profiterait surtout à Nissan. En 2014, le constructeur japonais a vendu 5,3 millions de voitures contre 2,7 millions pour Renault. Nissan dégage plus de bénéfices, il est donc en position de force. "Depuis 2013, la performance financière de Renault s’est aussi améliorée, sa valorisation est redevenue positive, Renault dégage des marges et du free-cash-flow", tempère Georges Dieng. Pour l’analyste, les deux groupes convergent, mais la parité est encore loin.

Le rôle de Nissan

Vue de Paris, la montée en puissance de l’Alliance pose la question de l’avenir de Renault, vu la position dominante de Nissan. "On ne peut pas tout à fait donner tort aux inquiets, commente Georges Dieng. Lors de rapprochements récents entre industriels, le gagnant était rarement le groupe français." L’exercice de droits de vote double offre à l’Etat une minorité de blocage pour peser sur l'avenir du constructeur français. Paradoxalement, certains craignent qu’elle ne contrarie les Japonais. L’assemblée générale de Renault, le 30 avril, s’annonce animée…

Pauline Ducamp

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité Développement Système F/H

Safran - 10/11/2022 - CDI - Éragny

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - PARIS HABITAT OPH

Fourniture de bois et de matériel de menuiserie

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS