Transports

Derrière Belfort

,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Derrière Belfort
Manuel Morague
« Si la direction ferme Belfort, le tour d’Ornans, La Rochelle et Valenciennes viendra ensuite ! » Cet avertissement lancé par Olivier Kohler, délégué CFDT de Belfort, mardi 27 septembre, devant le siège du groupe à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) ne surprend guère les centaines de salariés d’Alstom venus manifester pour le maintien de l’activité sur le site de Belfort. Tous en sont convaincus : la fermeture de Belfort pourrait n’être que le début d’un vaste plan de restructuration du dispositif industriel français d’Alstom. Aucun des 12 principaux sites n’est à l’abri. Henri Poupart-Lafarge, le PDG d’Alstom, l’a rappelé le même jour aux députés qui l’interrogeaient à l’Assemblée nationale : une baisse de charge de 30 % est attendue[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte