L'Usine Matières premières

Députés et sénateurs trouvent un compromis sur la loi économie circulaire en commission mixte paritaire

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le , mis à jour le 10/01/2020 À 12H36

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Députés et sénateurs, réunis en commission mixte paritaire le 8 janvier, ont adopté à l’unanimité un texte de compromis sur le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Un texte très largement enrichi par les deux assemblées du Parlement, et par de houleuses discussions au sein de la filière recyclage.

Députés et sénateurs trouvent un compromis sur la loi économie circulaire
Le projet de loi économie circulaire porté par brune Poirson a passé une étape cruciale le 8 janvier: son adoption par la commission mixte paritaire réunissant députés et sénateurs.
© DR

Les sept députés et sept sénateurs réunis en commission mixte paritaire, le 8 janvier au Sénat à Paris, sous la présidence du sénateur (Union centriste) de l’Eure Hervé Maurey, ont adopté à l’unanimité un texte de compromis sur le projet de loi économie circulaire, qui contient désormais plus de 130 articles. Le texte doit être définitivement adopté par l’Assemblée nationale et le Sénat dans les prochaines semaines.

Un délai d'un an avant d'envisager la consigne

Le principal point de discussion entre députés et gouvernement d’un côté, sénateurs de l’autre était, une fois encore, l’article 8 instaurant un dispositif de consigne sur les bouteilles en plastique en cas d’échec à atteindre les objectifs européens (77% des bouteilles recyclées en 2025, 90% en 2029) grâce à l’organisation actuelle. Un délai d’un an supplémentaire est accordé avant l’évaluation des résultats obtenus au terme du déploiement du décret cinq flux, qui oblige les entreprises à trier leurs déchets à la source, et de l’extension des consignes de tri, qui permettra peu à peu à tous les Français de jeter tous leurs emballages alimentaires dans la poubelle de tri sélectif après modernisation des centres de tri. Celle-ci aura lieu en 2024, plutôt qu’en 2023 comme souhaité par le gouvernement et voté par les députés).

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte