Depuis Chartres, la Cosmetic Valley veut se faire ambassadrice l’industrie française de la beauté

Basé à Chartres, le pôle de compétitivité de la Cosmetic Valley, regroupant trois régions, se voit une destinée nationale. Et se structure pour représenter la filière française à l’étranger.

Partager

Depuis Chartres, la Cosmetic Valley veut se faire ambassadrice l’industrie française de la beauté

Toujours plus haut, toujours plus loin. La Cosmetic Valley, le pôle de compétitivité qui s’étend sur les régions Centre, Normandie et Ile-de-France, ne cache pas ses ambitions : représenter la filière industrielle hexagonale dans son ensemble. Selon ses dirigeants, Bercy a tranché : la Cosmetic Valley devrait absorber son concurrent, le pôle spécialiste des arômes, parfums et de la cosmétique Pass, situé en région PACA, à partir du 1er juillet. La bataille avait fait rage durant plusieurs mois, prenant de l’ampleur avec les élections régionales.

En perdant son nom et son label, avec pour uniques contreparties la vice-présidence du pôle et une filiale dédiée, Pass craignait que son tissu de PME et son ancrage territorial ne soient atomisés. "Dans le monde entier, l’unité de référence économique devient les grandes régions !", confiait à L’Usine Nouvelle Jean-Marc Giroux, administrateur de Pass et président de Cosmed, l’association des PME de la cosmétique.

Absorber le concurrent, le pôle Pass de la région PACA

Le "contrat de mariage" n’est pas encore établi, mais "la capitale du nouvel ensemble sera Chartres", a annoncé Marc-Antoine Jamet, le président de la Cosmetic Valley et secrétaire général de LVMH, lors d’une conférence de presse le 19 février. L’heure est à la "réunification", défend-il. Idem pour les relations avec la Febea, le syndicat de l’industrie de la cosmétique.

Objectif, disposer d’une vitrine unique pour rayonner à l’international. "Premier centre de ressources mondial" du secteur, la Cosmetic Valley se targue de créer environ 1 500 emplois chaque année et de représenter 450 adhérents. 70 ont signé depuis les six derniers mois et les grands sont de retour, comme Procter&Gamble, ou L’Oréal au conseil d’administration du pôle.

Ce dernier table sur un réseau total de 850 membres, grâce aux multiples alliances signées avec des partenaires étrangers comme le Japan Cosmetic Center, ou d’autres régions : l’Aquitaine, la Picardie… Chacun conservant sa singularité grâce à des "domaines d’excellence" : la biotech à Tours, la beauté connectée à Chartres (qui organisera un congrès dédié le 5 juillet) afin d’intégrer la French Tech, les ingrédients, saveurs et arômes chez Pass…

Futur centre de ressources, et place au numérique

Le pôle de compétitivité, financé à 70% par des ressources privées, veut désormais s’offrir des infrastructures à la hauteur de ses ambitions. A Chartres, le collège Jean Moulin, à deux pas de la cathédrale, pourrait laisser place en 2017 à un "centre de ressources de la cosmétique". Au programme, de la scénographie, des colloques, de l’accompagnement scientifique offrant une image inédite de la filière française, bien loin des musées traditionnels, assure le directeur général du pôle, Jean-Luc Ansel.

Le pôle a déjà expérimenté en octobre dernier un salon dédié à la R&D et à l’innovation, "Cosmetic 360". Au Carrousel du Louvre, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, s’était mêlé aux 4 000 visiteurs issus de 53 pays. Ambition pour l’édition 2016, passer de 150 à 250 exposants. Et offrir une tribune aux filières de l’instrumentation, de l’optique et du numérique : contact a été pris avec le CES de Las Vegas. Même s’il ne rivalisera jamais, en terme de taille, avec les salons cosmétiques asiatiques, de l’équivalent "de la taille du Bourget" à Shanghai, reconnaît Marc-Antoine Jamet.

Gaëlle Fleitour

Gaëlle Fleitour Rédactrice en chef web
Gaëlle Fleitour

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS