Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Dépassé par Mercedes, BMW met le paquet pour refaire la course en tête

Julie Thoin-Bousquié , , , ,

Publié le

Le groupe BMW a entrepris un ambitieux plan produit, avec le lancement de 40 modèles, nouveaux ou revisités, dans les deux ans à venir. Il mise sur la poursuite de l’électrification de ses gammes.

Dépassé par Mercedes, BMW met le paquet pour refaire la course en tête
Fort du succès de la BMW i3, le groupe veut accélérer sur l'électrification.
© BMW

Le constat – et les questions qui en découlent – était sur toutes les lèvres lors de la présentation détaillée le 21 mars des résultats financiers au siège historique du groupe à Munich, dans le Land de Bavière. Pour la première fois depuis 2005, BMW s’est laissé distancer par son grand rival allemand, Mercedes-Benz, filiale de Daimler, en termes de ventes sur le segment des véhicules premium. En 2016, la marque BMW a cumulé 2 003 359 de véhicules vendus à travers le monde, selon des chiffres déjà fournis début mars, tandis que son concurrent Mercedes a réussi le tour de force d’écouler près de 2 083 888 d’unités sur la même période.

"Nous restons numéro un à l’échelle du groupe", a toutefois insisté Harald Krüger, le nouveau PDG de l’ensemble BMW, Mini et Rolls-Royce, devant un parterre de journalistes et d’analystes. Au total, le groupe a vendu un peu plus de 2,367 millions d’unités en 2016, soit une progression de 5 % par rapport à l’année précédente. Une progression à coupler avec les bons résultats du groupe sur le plan financier.

Le groupe allemand a vu son chiffre d’affaires culminer à 94 milliards d’euros, soit une amélioration de 2,2 % par rapport à 2015. Son bénéfice net a progressé de 8 %, pour un montant inédit chez le constructeur de 6,9 milliards d’euros. La marge opérationnelle de sa division automobile a en revanche connu un tassement de 0,3 point, à 8,9 % en 2016 contre 9,2 % en 2015.

"Notre marge reste en conformité avec le cadre que nous nous sommes fixé, entre 8 et 10 % de notre chiffre d’affaires", a toutefois tenu à préciser Nicolas Peter, directeur financier du groupe BMW, lors de la conférence. Mais le résultat reste en deçà, là encore, de celui du concurrent Mercedes, dont la marge opérationnelle a culminé à 9,1 % de son chiffre d’affaires en 2016.

40 nouveaux modèles d’ici 2018

Pas de quoi décourager la direction du groupe BMW, qui a détaillé son vaste plan de reconquête de la place de numéro un dans le premium. Pour y parvenir, le constructeur allemand a notamment l’intention de commercialiser rien de moins que 40 modèles, nouveaux ou revisités, entre 2017 et 2018. "Ce sera l’offensive en termes de lancement de modèles la plus ambitieuse jamais lancée dans l’histoire de notre entreprise", a prévenu Harald Krüger.

Une offensive qui fait la part belle au luxe. "Notre stratégie met un accent clair sur le segment du luxe et ses marges élevées", a expliqué le directeur du groupe BMW, en mettant en avant l’agrandissement de la gamme de luxe X de la marque à l’hélice. Celle-ci comptera notamment l’arrivée d’un SUV, le BMW X7. Un type de modèle particulièrement rentable sur lequel même la marque Rolls-Royce doit se positionner, dans le cadre de la stratégie d’expansion des gammes mise en œuvre au sein du groupe.

Travail sur la pile à combustible

Dans le même temps, BMW poursuit l’électrification de ses gammes. Fort du succès de la BMW i3, le groupe a pour "objectif de vendre 100 000 véhicules électrifiés en 2017", selon Harald Krüger. La marque Mini devrait ainsi se doter d’une version 100 % électrique d’ici 2019, et une BMW X3 devrait naître en 2020. "D’ici 2025, les modèles électriques et plug-in hybrides compteront pour 15 à 25 % de nos ventes", a prédit le président du constructeur.

A cette date, le fabricant allemand veut aussi pouvoir commercialiser des véhicules équipés de piles à combustible, une technologie sur laquelle BMW travaille de pair avec le japonais Toyota. "Nous disposons déjà d’une petite flotte bâtie pour analyser l’intégration du système. Tout dépendra de l’infrastructure et de la demande, mais nous devrions pouvoir commercialiser des véhicules dotés d’une pile à combustible d’ici 2025 dans le cadre des coûts des moteurs thermiques et électriques", a détaillé Klaus Fröhlich, en charge du développement.

En ajoutant l’effort sur le développement d’un véhicule autonome en partenariat notamment avec Intel et Mobileye, ainsi que les services de mobilité, le groupe BMW estime que son budget consacré à la recherche et développement "devrait probablement dépasser légèrement le cadre cible de 5 à 5,5 %" du chiffre d’affaires dans les deux ans à venir, selon Nicolas Peter. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle