Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Départ surprise du directeur des ventes d’Airbus, remplacé par le patron d’ATR

Olivier James , , , ,

Publié le

Moins d’un an après sa nomination, Eric Schulz quitte le poste de directeur des ventes d’Airbus. C’est Christian Scherer, le patron d’ATR, qui lui succède.

Départ surprise du directeur des ventes d’Airbus, remplacé par le patron d’ATR
Christian Scherer, nommé directeur des ventes d'Airbus

La valse des dirigeants continue chez Airbus, après plusieurs mois d’accalmie. Nommé en novembre 2017 au prestigieux poste de directeur des ventes de la branche commerciale de l’avionneur, Eric Schulz quitte le groupe.

Le communiqué publié jeudi 13 septembre précise dans le même temps le nom de son successeur : Christian Scherer, patron du spécialiste des avions régionaux ATR depuis 2016. Si le départ d’Eric Schulz représente une surprise – on avance en interne des "raisons personnelles" – l’identité du nouveau directeur des ventes d’Airbus sonne comme une évidence.

Christian Scherer avait déjà été pressenti l’an dernier pour remplacer celui qui a incarné le succès commercial d’Airbus, l’américain John Leahy, surnommé "l’homme aux 16 000 avions vendus". Et pour cause : les deux hommes ont travaillé en étroite collaboration durant de longues années. "Nous avons travaillé ensemble pendant 25 ans, rappelait à L’Usine Nouvelle John Leahy, en début d’année à l’occasion d’un portrait dédié à Christian Scherer. C’est l’un des commerciaux stars d’Airbus […]."

Une légitimité incontestée

Christian Scherer revient qui plus est dans la maison Airbus – où il a effectué toute sa carrière – auréolé du redressement commercial réussi d’ATR. Après une année 2016 difficile avec 36 commandes d’avions, le dirigeant a largement contribué à ce que l’avionneur dépasse le cap des 100 commandes en 2017. Un succès à mettre sur le compte de ses méthodes : se concentrer sur les marchés porteurs que sont la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Iran et les Etats-Unis.

Reste que Christian Scherer accède à ce poste en terrain miné. Si la tempête médiatique – sur fond de soupçons de corruption via différentes affaires – qu’Airbus a traversé en 2017 semble loin, le départ programmé l’an prochain du grand patron, Tom Enders, pourrait bien provoquer un nouveau jeu de chaises musicales. Le maintien en poste ou non de Guillaume Faury, à la tête de la branche commerciale d’Airbus sera déterminant pour Christian Scherer.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle