Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Départ surprise d’Arnaud Poupart-Lafarge, l’homme qui a redressé Nexans

Gaëlle Fleitour

Publié le

Arrivé en 2014 pour sortir Nexans de l’ornière, Arnaud Poupart-Lafarge vient d’annoncer quitter le fabricant français de câbles, pour « raisons personnelles ». Il sera provisoirement remplacé par son directeur général adjoint.

Départ surprise d’Arnaud Poupart-Lafarge, l’homme qui a redressé Nexans

Quatre ans après son arrivée pour redresser Nexans, Arnaud Poupart-Lafarge aurait-il estimé son devoir accompli ? Le directeur général du fabricant français de câbles (aux 6,37 milliards d'euros de chiffre d’affaires en 2017) a annoncé dimanche soir 19 mars son départ "pour des raisons personnelles". Le communiqué du groupe n’en dit pas plus : "A la demande du conseil d'administration, Arnaud Poupart-Lafarge a accepté d'assurer une période de transition jusqu'au 30 septembre 2018 au plus tard."

Ancien cadre dirigeant du groupe sidérurgique Usinor (devenu Arcelor), il avait repris la tête de l'ancienne activité câbles et composants d'Alcatel en 2014. Pour sortir Nexans de l’ornière dans laquelle la crise de 2008 l’avait plongé, Arnaud Poupart-Lafarge avait lancé un grand plan de réduction des coûts fixes, trop élevés par rapport à la concurrence, et des coûts variables, de développement agressif dans des marchés juteux, comme la haute tension sous-marine et les faisceaux pour automobile…

Un grand plan de réduction des coûts mené à bien

Le mois dernier, le fabricant de câble se targuait d’une « mission accomplie pour le plan Nexans in motion, après une troisième année en progrès ». Il a redressé la marge opérationnelle, qui a doublé depuis 2014, à 272 millions d’euros. Le nouveau combat d’Arnaud Poupart-Lafarge, axé notamment sur une croissance des ventes de 25 % d’ici à 2022, part d’un bon pied avec une croissance organique de 5,1 % en 2017, tirée par les activités de haute tension sous-marine.
Sous la houlette de son dirigeant, le groupe français a également pris une participation de 28 % dans IES, un fabricant de solutions de recharge pour les véhicules électriques. Après le rachat du fabricant danois de kits de câblage pour turbines éoliennes BE CableCon, cette acquisition illustre la volonté, affichée en décembre lors de la présentation du nouveau plan stratégique du groupe, d’aller "au-delà du câble", soit passer de producteur de câbles à fournisseur de services associés aux câbles et même de gestionnaire d’actifs industriels.

Qui, désormais, pour remplacer Arnaud Poupart-Lafarge ? Réuni dimanche, le conseil d'administration de Nexans, a demandé à "Pascal Portevin, directeur général adjoint, d'accompagner la transition, dans le cadre de responsabilités élargies". Mais aussi de lancer parallèlement un processus de recrutement interne et externe", a précisé Nexans.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle