Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Départ d'un cadre de Novartis lié à un contrat avec Michael Cohen

Publié le

Infos Reuters ZURICH (Reuters) - Le directeur juridique de Novartis, Felix Ehrat, va quitter le groupe pharmaceutique en raison de son rôle dans la conclusion d'un contrat de 1,2 million de dollars (1 million d'euros) avec l'avocat de Donald Trump Michael Cohen.

Départ d'un cadre de Novartis lié à un contrat avec Michael Cohen
Le directeur juridique de Novartis, Felix Ehrat, va quitter le groupe pharmaceutique en raison de son rôle dans la conclusion d'un contrat de 1,2 million de dollars (1 million d'euros) avec l'avocat de Donald Trump Michael Cohen. /Photo prise le 29 mars 2018/REUTERS/Arnd Wiegmann
© Arnd Wiegmann

Ce contrat, auquel le laboratoire suisse a mis fin cette année, prévoyait le versement de 100.000 dollars par mois au cabinet Essential Consultants de Michael Cohen, qui est impliqué dans le versement controversé de 130.000 dollars à l'actrice de films pornographiques Stormy Daniels en échange de son silence sur une relation sexuelle avec Donald Trump en 2006.

"Même si ce contrat était légal, c'était une erreur", a dit Felix Ehrat dans un communiqué annonçant son départ du groupe, diffusé mercredi par Novartis avant une journée des investisseurs.

Des membres du Congrès américain ont demandé à Novartis, ainsi qu'au groupe de télécoms américain AT&T, qui a également effectué des versements au cabinet de Michael Cohen, de s'expliquer plus en détail.

Le sénateur démocrate Ron Wyden, de la commission sénatoriale des Finances, a estimé que ces contrats s'apparentaient à une manoeuvre pour soudoyer une personnalité. Il a engagé une enquête.

Dans son communiqué, Felix Ehrat rappelle que ce contrat avait été signé avec l'ancien directeur général de Novartis Joe Jimenez, qui a démissionné le 1er février et été remplacé par Vas Narasimhan.

Le contrat signé avec le cabinet de Michael Cohen a nui aux efforts déployés par Novartis pour améliorer son image ternie par une série de scandales de corruption.

Depuis 2015, le groupe pharmaceutique a versé des centaines de millions de dollars pour régler des amendes ou effacer des poursuites à l'amiable dans des affaires de pots-de-vin en Corée du Sud, aux Etats-Unis et en Chine.

(John Miller; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus