L'Usine Matières premières

Denis Gautier Sauvagnac renvoyé devant le tribunal dans l’affaire de l’UIMM

Publié le

L’ancien patron de l’union des industries et métiers de la métallurgie devra recomparaitre devant le tribunal avec neuf autres personnalités poursuivies ainsi que l’UIMM elle-même comme personne morale.

Denis Gautier Sauvagnac renvoyé devant le tribunal dans l’affaire de l’UIMM © L'Usine Nouvelle

En effet, le juge d’instruction Roger Le Loire a signé vendredi dernier l’ordonnance par laquelle il renvoie ces personnalités devant le tribunal correctionnel. L’ancien patron va donc comparaitre pour abus de confiance et travail dissimulé.

L’affaire remonte à fin 2007. A l’époque une enquête du service anti blanchiment de Bercy, Tracfin, avait mis en lumière que la puissante fédération avait été le théâtre de retrais de fonds en liquide suspects pendant plusieurs années. Denis Gautier-Sauvagnac aurait à lui seul détourné 16,5 millions d’euros entre 2000 et novembre 2007.

Le juge a souligné que l’ancien patron se faisait remettre de manière confidentielle des sommes en espèce par Dominique Renaud responsable du service comptable. Ce dernier est renvoyé devant le tribunal pour complicité des délits reprochés à son ancien patron.

Sont aussi appelés à comparaitre Dominique de Calan, ancien délégué général adjoint de l'UIMM et Bernard Adam, alors directeur administratif et financier de l'organisation.
 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

29/08/2012 - 13h22 -

LA CAISSE EPIM DE L'UIMM :L'ARBRE QUI CACHERAIT LA FORET ! http://www.lesechos.fr [archive du 03/04/2008 13:21]. Le fait le plus important de l'affaire UIMM, c'est que l'origine des fonds ne se limite pas à la caisse de secours "EPIM" évoquée jusqu'alors. Cette structure dotée potentiellement de 617 millions d'euros, n'a aucune existence juridique. Elle ne peut donc détenir de compte à son nom et c'est bien depuis des comptes de l'UIMM que les retraits ont été effectués. Ce qui laisse planer un doute sur l'étanchéité de l'EPIM avec les cotisations des adhérents de la métallurgie. Les enquêteurs sont donc maintenant sur la piste d'autres sources de financement. Ils s'intéressent de près à ce qu'il est convenu d'appeler "les organismes rattachés à l'UIMM" . En clair : 8 associations hébergées au siège de l'organisation, avenue de Wagram, et financées pour l'essentiel par les fonds de la formation professionnelle et par des subventions publiques. "Afpi Etudes et Prévention", "Association d'assistance et d'entraide (AAE)" , "Association pour la documentation et l'assistance des entreprises (Adase)" , "Association pour le développement de l'information audiovisuelle (Adia)", "Euro Industries Programmes (EIP)"... Ces structures n'ont pas d'objet clairement identifié. A leur tête, on retrouve systématiquement Bernard Adam, ou Dominique de Calan et son adjoint Henri de Navacelle, ou Denis Gautier-Sauvagnac, ou Dominique Renaud, ou plusieurs d'entre eux à la fois.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte