Delphi veut supprimer 150 postes en France

L'équipementier américain Delphi veut supprimer 150 postes en production à Blois (Loir-et-Cher) et La Rochelle (Charente-Maritime). Il mise sur des départs en retraite anticipés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Delphi veut supprimer 150 postes en France

Un plan de réorganisation industrielle a été présenté en décembre au personnel de la branche injection de l'équipementier automobile américain Delphi, Delphi Diesel System. Jointe par téléphone, la direction de Delphi Europe confirme l'information. Ce plan prévoit la suppression de 150 postes, dont 100 à Blois (Loir-et-Cher), site qui compte 1750 salariés (dont 1600 permanents) et 50 à Périgny, près de La Rochelle (Charente-Maritime), qui emploie 410 personnes. "Il faudra un comité central d'entreprise pour connaitre le détail, mais aucune date n'a été fixée", dit un délégué CFDT.

Pour Delphi, il s'agit de "faire face à la sixième année consécutive de baisse des commandes des constructeurs européens". Dans son dernier rapport financier trimestriel, en novembre, Delphi affichait une baisse des ventes de 5 % en Europe, alors que les zones Asie et Amérique du Nord connaissent des progressions de 9 et 10 %. Son chiffre d'affaires 2012 s'établissait à 15,5 milliards de dollars (11,32 milliards d'euros), dont 41% en Europe. Pour l'exercice 2013, Delphi dépassera les 16 milliards de dollars (11,7 milliards d'euros) et retrouvera son niveau de 2008, avant la crise et sa mise sous tutelle du chapitre 11 de la loi des faillites aux Etats-Unis.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon la CGT, Delphi veut transférer une partie de la production en Chine. "Les salariés sont en colère, parce que la multinationale Delphi va mieux. Elle est bénéficiaire et distribue des dividendes. Depuis 2008, la direction nous a imposés une usine turque, puis une en Roumanie. Maintenant on nous parle de la Chine", s'emporte Thierry Oudin, délégué CGT, qui assure que les salariés sont prêts à empêcher tout départ de machine vers une autre usine Delphi dans le monde.

Stéphane Frachet

Stéphane Frachet Correspondant en Centre-Val-de-Loire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS