DÉLOCALISATIONS : L'ARBRE QUI CACHE LA FORÊT

LE VRAI PROBLÈME NE TIENT PAS AUX DÉLOCALISATIONS mais à la perte de substance industrielle, à savoir les difficultés dans le haut de gamme et la haute technologie. Il faut donner à l'industrie et à l'innovation le rang de priorités nationales.
Partager

En 1990, l'industrie japonaise employait 15 millions de salariés au Japon et 1,2 million à l'étranger. Dix ans plus tard elle avait perdu 2 millions de salariés au Japon, mais en avait créé 1,6 million à l'étranger. Ces chiffres illustrent la possibilité d'une rupture brutale dans la logique de division internationale du travail entre les économies d'ancienne industrialisation (le Nord) et les pays en développement, au premier rang desquels les pays émergents (le Sud).

Deux évolutions majeures sont en cause. On a tout d'abord assisté à une forte réduction des coûts de transaction, de transport et de communication liée à la conteneurisation, à la libéralisation commerciale au sein du GATT puis de l'Organisation mondiale du commerce, enfin aux progrès de la société de l'information. Ensuite, l'ouverture de grandes économies du Sud très largement dotées en main-d'oeuvre à bas coût et la possibilité de mobiliser cette main-d'oeuvre en utilisant les technologies avancées des filiales étrangères des firmes multinationales constituent des évolutions inédites.

On est, dans ces conditions, amené à s'interroger sur la pertinence de l'analyse traditionnelle en termes d'avantage comparatif, analyse voyant dans la spécialisation internationale un jeu gagnant-gagnant.

L'Europe, et au premier chef la France, sont-elles en mesure de conserver des activités industrielles ? Devront-elles évoluer vers une position de grand marché pour des productions importées, payées par des exportations de services ou les revenus des capitaux investis à l'étranger ? L'évolution récente de notre commerce extérieur renforce ces inquiétudes.

Relancer l'innovation industrielle

Si l'exposition croissante de notre industrie à la concurrence devait se traduire par une fermeture à grande échelle de nos usines, les effets sur notre niveau de vie risqueraient d'être permanents et conséquents. Faut-il rappeler qu'à de rares exceptions près, c'est finalement dans les usines qu'apparaissent les plus forts gains de productivité, source d'élévation du niveau de vie ?

Plusieurs rapports récents ont tiré la sonnette d'alarme, tout en indiquant que le plus grave n'était pas le recul relatif de l'industrie dans la valeur ajoutée et dans l'emploi, mais la perte de substance industrielle, à savoir les difficultés apparaissant dans le haut de gamme et la haute technologie - nos remparts face à la concurrence du Sud.

Le rapport du CEPII pour la Commission européenne de juillet 2004 a mis en évidence les conditions d'un jeu gagnant-gagnant entre Nord et Sud. Les questions portent ici sur la capacité du Nord à entretenir son avance technologique et sur la vitesse de convergence du Sud en matière institutionnelle et sociale. La sortie par le haut, qui est loin d'être certaine, combinerait une croissance potentielle forte en Europe avec une meilleure distribution des fruits de la croissance au Sud. Cela permettrait à l'Europe de maintenir des parts de marché dans une économie mondiale en forte croissance, notamment sur le high-tech et le haut de gamme.

Le rapport du Conseil d'analyse économique présenté en novembre au Premier ministre (rapport Fontagné & Lorenzi) va dans le même sens : les délocalisations sont probablement l'arbre qui cache la forêt ; l'action publique doit se fixer pour objectif de redonner à l'industrie et à l'innovation le rang de priorités nationales.

Enfin on connaît aujourd'hui les conclusions du rapport Beffa, qui a été présenté au président de la République le 17 janvier : il convient de relancer l'innovation industrielle en se mobilisant autour d'un nombre limité de projets susceptibles de rencontrer un marché important à moyen terme.

« LES QUESTIONS PORTENT SUR LA CAPACITÉ DU NORD À ENTRETENIR SON AVANCE TECHNOLOGIQUE. »

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - PARIS HABITAT OPH

Refonte du paramétrage et de la donnée du SIRH HR Access

DATE DE REPONSE 11/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS