Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Delair-Tech lance le drone civil longue portée

, , ,

Publié le

Made in France

Delair-Tech lance le drone civil longue portée

Une fuite sur un pipeline, un problème avec un pylône d’une ligne à haute tension, le drone DT-18 de la société toulousaine Delair-Tech sera le premier à les détecter. Moins coûteux qu’un hélicoptère, plus rapide à déployer qu’un avion, ce petit appareil sans pilote surveille et inspecte les sites industriels. L’idée est venue de quatre anciens camarades de Polytechnique, ingénieurs dans le secteur pétrolier et les infrastructures de transport, qui souhaitaient résoudre les problèmes de surveillance industrielle.

L’opportunité

Le projet européen Sesar (Single european sky ATM research) a lancé un appel d’offres afin de préparer l’insertion des aéronefs téléguidés dans l’espace civil aérien européen.

"Nous voulions proposer une solution simple, peu onéreuse et performante", explique Michaël de Lagarde, le président de l’entreprise née en mars 2011. Premier drone civil à recevoir la certification S4 (vol de longue distance) par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), le DT-18, d’une valeur de 30 000 euros, se démarque par son endurance et son autonomie.

D’une voilure fixe d’à peine 2 kg et d’une envergure de 1,8 mètre, le DT-18 parcourt jusqu’à 100 kilomètres aller-retour. Suivant un simple plan de vol depuis un ordinateur, il peut être équipé d’un appareil photo ou d’une caméra et transmet les informations en temps réel. À part certaines pièces électroniques, Delair-Tech conçoit l’intégralité des drones dans ses ateliers, où travaillent 12 salariés et six stagiaires. "En ayant la main sur l’ensemble des composants, nous nous adaptons aux contraintes réglementaires", précise Michaël de Lagarde.

Delair-Tech aimerait vendre ses appareils à des compagnies aériennes de drones civils, comme RedBird, qui proposent des services de surveillance aux entreprises. La société prévoit un chiffre d’affaires de 700 000?euros et l’embauche de sept personnes en 2013. Elle prépare aussi des versions plus autonomes (jusqu’à 200 kilomètres) : le DT-16, presque finalisé, et le Deric, en cours de développement. 

Timothée L'Angevin

L’innovation

Totalement automatique du décollage à l’atterrissage, le drone DT-18 est équipé d’un autopilote, mis au point par Delair-Tech, qui permet de le contrôler par réseau 3 G ou satellite via un logiciel. En cas de problème, l’appareil réagit et, en fonction de la criticité, prend la décision de rentrer à la base ou de lancer la procédure de crash. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle