L'Usine Aéro

Delair annonce deux nouveaux lancements commerciaux pour des drones professionnels

,

Publié le

Après deux opérations de croissance externe en 2016, le fabricant français de drones Delair conforte son positionnement sur le marché des drones professionnels et annonce deux nouveaux lancements commerciaux pour 2018. A la clé : une trentaine d'emplois supplémentaires.

Delair annonce deux nouveaux lancements commerciaux pour des drones professionnels
Un DT26X dans les ateliers de Delair à Labège
© Marina Angel

L'année 2018 démarre très fort pour Delair, le fabricant de drones professionnels, basé à Labège, dans l'agglomération toulousaine (Haute-Garonne). Positionnée à la fois dans le développement de drones longue-portée à voilure fixe et les systèmes de traitement et d’analyse de données, la société a annoncé vendredi 19 janveir à la fois la sortie d'un nouveau modèle, le UX11, pour compléter sa gamme de drones et la signature d'un accord commercial avec Intel portant sur le développement d'une plate-forme cloud de traitement d'images.

Croissance externe, implantation à l'international, lancement de nouveaux produits et de nouvelles offres commerciales, la société qui a levé depuis sa création plus de 25 millions de dollars auprès de la famille Hériard-Dubreuil, de Bpifrance et d'investisseurs privés, accélère sur tous les fronts. L'ambition du toulousain pour 2018 est de doubler sa production de drones et d'accélérer son expansion à l'international.

Une famille de produits

La start-up, créée en 2011, a mis au point dès 2012 son DT18, un drone d'à peine plus de 2 kg, le premier à être certifié pour le vol hors vue, avec une portée maximum de 100 km. Une performance qui lui permet de se positionner sur les marchés professionnels, pour la cartographie, la surveillance de grandes infrastructures linéaires, de type lignes électriques ou pipe-lines, l'agriculture de précision et depuis peu, la sécurité civile. Delair vient ainsi de fournir deux DT18 Service Départemental d’Incendie et de Secours des Bouches du Rhône (SDIS 13) afin d’optimiser ses opérations de secours et de lutte contre les incendies. Equipés de caméras visuelles et thermiques, les drones interviendront en soutien des équipes au sol, pour surveiller les risques de reprise de feu dans les zones les plus difficiles d'accès.

Delair a par ailleurs développé un drone plus gros, le DT26X, adapté à la surveillance de grands territoires et pour des missions plus longues. Un appareil très haut-de-gamme, proposé sur le marché à plus de 200 000 euros. En parallèle, via le rachat en 2016 de la société belge Gatewing au groupe Trimble, elle a aussi élargi son offre d'entrée de gamme, avec un drone de plus petit format et de type aile volante, le UX5.

Le lancement commercial de l'UX11

En 2018, la société s'apprête à compléter encore sa gamme avec l'UX11, un drone encore plus compact de 1,4 kg et d'une autonomie de 59 minutes, avec communications 3G/4G et analyse temps réel des données aériennes. "Nos efforts de développement ont porté principalement sur le prix" souligne Michaël de Lagarde, président et co-fondateur de Delair. A l'arrivée, un gain de coût de 50 % par rapport à l'UX5. Le nouveau modèle, dont la sortie commerciale est annoncée pour le mois d'avril 2018, sera proposé à moins de 16 000 dollars. "Nous tablons sur une production de 500 UX11 dès 2018", précise Michaël de Lagarde.

Un partenariat avec Intel dans le traitement d'images

Delair annonce aussi un nouveau partenariat avec Intel pour le développement de leur nouvelle plateforme cloud de traitement d'images. "Dotée d'outils de traitement d'images puissants, basés sur des techniques de data science et d’IA, cette plateforme a pour ambition de devenir la référence à l’échelle internationale en matière de gestion, analyse et partage des données issues de drone, mais aussi de tout autre mode d'acquisition d'imagerie aérienne", insiste Michaël de Lagarde. Des beta-tests sont lancés et la commercialisation devrait suivre dans le courant de l'année 2018.

L'ambition de Delair est d'accompagner ses clients dans la digitalisation de leurs activités grâce aux données aériennes. "Si le chiffre d'affaires de l'entreprise est réalisé actuellement à 90 % par les drones et à 10 % par le software associé, la tendance devrait s'inverser rapidement dans les prochaines années", explique Michaël de Lagarde. Et cela, tout en continuant à accroître sa production.

Pas moins de 1 000 drones prévus pour 2018

A partir de ses deux sites de production de Labège (DT18 et DT26X) et de Gand (UX5 et UX11), Delair table sur la fabrication de 1 000 drones en 2018, soit le double de 2017. Une nouvelle accélération, avec en ligne de mire l'international. La société réalise déjà 62 % de ses activités hors d'Europe, avec un réseau de plus d'une soixantaine de distributeurs, présents dans 70 pays. Delair s'appuie également sur ses deux bureaux commerciaux à Singapour et à Los Angeles pour conquérir les marchés asiatiques et américains.

Avec un chiffre d'affaires de 7,5 millions de dollars en 2016, Delair emploie actuellement 120 salariés, dont 70 à Labège, où sont implantés son siège social, son bureau d'études et l'un de ses sites de production. Des effectifs qui devrait être confortés d'une trentaine d'emplois supplémentaires d'ici fin 2018.

Marina Angel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte