Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Défense : les industriels sauvés par l'arme économique

Hassan Meddah , ,

Publié le

Les grands programmes d'armement seront préservés même si le niveau et le rythme des commandes sera ralenti.

Défense : les industriels sauvés par l'arme économique © D.R. - Armée de Terre

Les industriels de la défense sont-ils passés entre les gouttes de la contrainte budgétaire qui frappe lourdement les armées? C'est le sentiment qui ressort après la diffusion du Livre blanc de la Défense et de ses préconisations en vue d'adapter l'outil militaire face aux nouvelles menaces. Le document de référence qui définit la future stratégie du pays en matière de défense, a été approuvé  par le président de la République en conseil de défense. Sa recommandation phare aboutit à un nouveau modèle d'armée basé sur la différenciation… avec 24 000 militaires de moins!  

En revanche, les coupes apocalyptiques dans les commandes d'armement annoncées par certains n'auront pas lieu; au contraire, l'ensemble des grands programmes sera maintenu. "Le président de la République a décidé le maintien d'un volume significatif de crédits publics pour l'équipement de nos forces à l'horizon 2025", s'est félicité le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, en justifiant cette option notamment par le poids de cette industrie et ses effets d'entrainement sur le reste de l'économie.

Les dégâts collatéraux de la crise

"La viabilité de ce modèle nécessite la prise en compte d'un impératif industriel. Le choix a été fait de préserver l'essentiel des secteurs industriels critiques qui font de notre base industrielle et technologique, un instrument de notre souveraineté et de l'autonomie stratégique de la France. Avec 4 000 entreprises, près de 15 milliards d'euros de chiffre d'affaires, une capacité d'exportation dynamique, un emploi industriel concernant 165 000 personnes (…) , l'industrie de défense est aussi un acteur clé pour la compétitivité de l'économie française et pour l'emploi. Elle est et doit rester un acteur du développement de nos régions". A tel point d'ailleurs que le ministère s'est même engagé à maintenir au niveau de 2013 son budget annuel de financement d'études et de recherche amont sur toute la durée de la prochaine loi de programmation militaire (2014-2019).

Toutefois, les industriels n'échapperont pas aux dégâts collatéraux résultant de cette crise budgétaire. La politique d'acquisition des équipements sera en effet revue. "Les cibles de nos parcs doivent encore être définies avec précision. Le niveau et le rythme de livraisons seront ralentis par rapport aux précisons de 2008, ce qui nous contraindra - même si l'ensemble des programmes sera préservé - a des décisions complexes avec les entreprises et certains de nos partenaires européens. Dans chacun des domaines, j'ai veillé à éviter toute décision de rupture", a précisé le ministre. S'ils sont conscients d'avoir évité le pire, les industriels seront définitivement fixés d'ici 3 mois avec la présentation de la loi de programmation militaire qui traduira aussi bien en termes financiers que de capacités les grandes orientations du Livre blanc.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle