Défense : "la dimension franco-française n’est plus suffisante"

Jacques Gautier est  vice-président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat. Pour l’élu, l’échec de la fusion EADS/BAE est un coup dur pour l’Europe de la défense.

Partager

Défense :

L'Usine Nouvelle - Vous vous étiez prononcé favorablement pour la fusion EADS/BAE. Comment réagissez-vous à l’échec des négociations ?
Jacques Gautier - Je suis déçu et il est sûr qu’on le regrettera. C’était une chance unique pour EADS de s’imposer comme le leader mondial dans les secteurs de l’aéronautique, de la défense et du spatial, loin devant Boeing et Lockheed Martin. Les négociateurs n’ont pas su lever les doutes qui pesaient sur le pacte d’actionnaires. Je regrette le blocage qui est venu de l’Allemagne. En pleine période électorale, la chancelière Angela Merkel n’a pas voulu mécontenter sa base électorale en Bavière et à Munich, inquiète des possibles conséquences industrielles locales qu’impliquait un tel rapprochement.

L’Europe de la défense pourra-t-elle s’en remettre ?
C’est un coup dur. Les trois premiers Etats européens dans le domaine de la défense n’ont pas réussi à s’entendre sur un projet majeur. Ce rapprochement représentait pourtant l’opportunité d’ancrer définitivement les Britanniques à une plate-forme industrielle européenne plutôt que de les laisser se tourner vers les Etats-Unis.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Faut-il s’attendre à des conséquences ?
Cet échec risque de tuer la possibilité d’un futur avion de combat européen. Les savoir-faire combinés de BAE, EADS et Dassault Aviation permettaient d’atteindre cet objectif à un horizon 2025/2030. Un Dassault seul, malgré sa qualité, n’a pas la taille critique. Ce projet de fusion a déjà des répercussions. Des rumeurs indiquent que le groupe italien Finmeccanica pourrait se rapprocher de Northrop Grumman. Faut-il le laisser filer vers le troisième groupe de défense américain ? Ce serait un scénario dommageable pour l’Europe, d’autant plus que les groupes italiens sont les premiers partenaires de la France en matière de défense.

Quelle leçon peut-t-on tirer pour les groupes français ?
Des groupes comme Thales ou DCNS doivent réfléchir à des partenariats ou des fusions à l’international. La dimension franco-française n’est plus suffisante pour faire face aux industriels américains. Grâce à leur volume de commande, ces derniers pourront casser les prix. Sans oublier les nouvelles normes OTAN et la "smart defense" (la nouvelle génération de projets de coopération de l’OTAN, ndlr) qui favorisent l’achat de produits américains.

Les Etats ont-ils les moyens de relancer l’Europe de la défense ?
Je n’attends pas grand-chose des Etats. Dans ce cas précis, ils ont plutôt montré qu’ils étaient capables d’empêcher une fusion qui avait du sens. Par ailleurs, plusieurs pays européens ont abandonné leurs ambitions dans ce domaine en se protégeant derrière le parapluie américain. La relance par des grands programmes est également hypothétique : comment les financer ? Les budgets pour la prochaine loi de programmation militaire française pourraient être amputés de 35 à 45 milliards d’euros sur six ans. Je mise plutôt sur les industriels pour se concentrer et être plus compétitifs.

Hassan Meddah Journaliste défense, spatial et cybersécurité

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS