Deeptech : comment les acteurs de transfert de technologies participent au financement des start-up

Bpifrance a publié le 6 mai un rapport sur le rôle des structures de transfert de technologies dans le processus de financement des start-up de la Deeptech. Une étude riche en enseignements qui met en lumière les forces, mais aussi certaines faiblesses, des relations entre les acteurs de la recherche et de la finance.

Partager
Deeptech : comment les acteurs de transfert de technologies participent au financement des start-up
Les acteurs du transferts de technologies, comme le CEA, participent à l'émergence des deeptech en entrant très tôt dans leur capital.

Le mode de financement des start-up issues des laboratoires évolue. L’entrée au capital de ces jeunes pousses n’est plus l’apanage des fonds d’investissements spécialisés. De plus en plus de structures d’accompagnement, comme les offices de transfert de technologies (OTT), choisissent de s’associer aux entreprises qu’elles contribuent à créer.

Dans un rapport publié le 6 mai, Bpifrance se penche sur le rôle de ces acteurs dans le développement des sociétés deeptech. Le document met également en avant la nécessité de mettre en place des bonnes pratiques entre OTT et fonds d’investissements pour œuvrer conjointement à faire émerger les deeptechs, ces start-up portant des innovations de rupture issues des laboratoires de recherche.

L’étude dresse un premier constat positif : les structures de transferts de technologies – comme les SATT, mais également les dispositifs mis en place par le CNRS, le CEA, ou encore l’Ifpen – sont des leviers importants dans le financement des jeunes pousses. D’après les chiffres de Bpifrance, près de 47% des start-up passées par une structure de transfert de technologies parviennent à lever des fonds, contre 23% pour celles qui se sont développées en dehors de ces organismes.

Un rôle d'identification des technologies prometteuses

Pour les sociétés passées par une OTT, la recherche de fonds se concentre principalement sur la phase d’amorçage et la série A, la phase de pré-amorçage étant déjà engagée par l’organisme de transferts de technologie. Cette arrivée de capitaux très tôt dans la vie de la start-up est un atout majeur pour lui permettre de poursuivre son développement.

« Les technologies deeptech nécessitent une phase de maturation longue et difficile. Ces sociétés issues des labos ont donc un fort besoin capitalistique », explique Sonia Falourd, Responsable du pôle Optimisation & Transfert, au sein de la direction deeptech de Bpifrance, lors d’un webinaire consacré à la présentation du rapport. « Dans ce cadre, les OTT jouent un rôle important en identifiant les technologies prometteuses et en apportant une participation avant les investisseurs classiques qui attendent généralement l’étape de « proof of market » pour se manifester. »

Ces participations se font soit par un principe de conversion de créances (pratique observée au CNRS, à l’Inrae, à l’Inserm, PSL et chez la plupart des SATT), mais également par un apport en espèces (CEA, SATT Linksium et occasionnellement à l’Inserm). « Cette dernière à l’avantage de distinguer clairement la gestion et la négociation de la propriété intellectuelle de l’accompagnement business proposé par l’organisme de transfert », souligne l’étude.

Le niveau de participation au capital dépend des projets et de la stratégie des OTT. Nombre d'entre eux se contentent de prendre moins de 10% du capital des start-up, souligne Bpifrance, qui relève des niveaux de 5% pour l’Inrae, de 5 à 10% pour le CNRS, PSL, l’Inserm et l’Inria, et d'environ 10 % pour le réseau SATT et l’Ifpen. Le CEA se détache avec un niveau plus élevé de 15 %.

Vers plus de dialogue entre OTT et fonds d’investissement

Il est à noter que cette activité de prise de participation est particulièrement risquée. Selon Bpifrance, presque aucun OTT à l’international – pas même le MIT – n’est rentable dans ce domaine.

Outre ce soutien financier, la structure de transfert technologique apporte un accompagnement technologique et peut lever certains problèmes liés à la propriété intellectuelle et conseiller les porteurs sur des aspects de leur projet.

Si ce panorama semble très prometteur pour favoriser l’émergence des start-up deeptech, il y a également un revers à la médaille.

Selon Bpifrance, il existe un risque réel que l’arrivée de l’OTT au capital nuise au développement de la startup, tant à l’occasion du transfert de technologie initial qu’au moment des levées de fonds. « Pour que la société puisse poursuivre sa croissance, il faut que les parties prenantes – OTT, start-up et fonds d’investissement – partagent un univers et des enjeux communs, ce qui n’est pas toujours le cas », pointe Sonia Falourd « Il faut donc un rapprochement significatif des acteur du transfert de technologie et des fonds d’investissement pour échanger davantage et établir un certain nombre de bonnes pratiques communes. »

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 20/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

60 - NOYON

Fourniture de colis de Noël pour les ainés - année 2022..

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS