Déçu par la voiture électrique, Siemens lâche les bornes

Le conglomérat allemand Siemens a annoncé qu’il allait arrêter l’essentiel de son activité de bornes de recharge. En cause, un marché décevant, qui ne se développe pas suffisamment.

Partager
Déçu par la voiture électrique, Siemens lâche les bornes

Les timides débuts de la voiture électrique ont déçu nombre d’industriels, dont Siemens. Le conglomérat allemand semble, en outre, ne pas croire en un essor prochain de l’électromobilité. Deux ans après avoir lancé en fanfare son offre de bornes de charges au salon de Francfort, Siemens lâche la majeure partie de cette activité. "Nous abandonnons les bornes de recharge […] Le marché des voitures électriques ne s’est pas autant développé qu’on l’espérait à l’origine", a déclaré un porte-parole du groupe à l’AFP, mardi 3 septembre.

Siemens tire les conclusions d’une demande plus que limitée de bornes de charge publiques. Le groupe conserve néanmoins son activité dans les bornes de charge à domicile, - un segment sur lequel se concentrent nombre d’électrotechniciens - et maintient sa R&D sur la recharge sans fil.

Cette décision intervient dans un contexte de lourde restructuration pour Siemens, qui s’est engagé depuis près d’un an dans un vaste plan d’économie pour redresser ses marges. Un recentrage du portefeuille d’activités est en cours. Il avait été initié en octobre dernier avec l’abandon des activités dans le solaire. Après l’éviction du patron Peter Löscher pour cause de promesses non tenues envers les actionnaires, son successeur, Joe Kaeser a peut-être eu à cœur de montrer sa détermination en ajoutant les bornes à une liste déjà bien fournie d’activités à lâcher.

Défiance envers les objectifs européens

Reste que ce mouvement traduit aussi un manque de confiance dans la capacité de Bruxelles à stimuler l’essor de l’électromobilité. Le projet de directive européenne présenté en début d’année prévoit d’imposer des objectifs contraignants de déploiement de bornes de charge publiques aux Etats membres. Un total de 800 000 bornes doit ainsi être installé d’ici à 2020, selon Bruxelles. La promesse d’un marché juteux ! Siemens ne semble guère y croire. Il faut dire que le virage vert engagé par le groupe et symbolisé par sa sortie du nucléaire n’a pas forcément donné les résultats escomptés. Et notamment sur son propre sol : Siemens est loin d’avoir profité comme il l’espérait de la transition énergétique allemande.

Manuel Moragues

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

40 - Landes

Analyses eau et poisson.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS